Encyclopédie de l’Islam

Get access Subject: Middle East and Islamic Studies
Éditée par: P.J. Bearman, Th. Bianquis, C.E. Bosworth, E. van Donzel, et W.P. Heinrichs

The Encyclopédie de l’Islam en Ligne is the French edition of the new (2nd) The Encyclopaedia of Islam Online.  The Encyclopaedia of Islam Online (2nd) is generally acclaimed as one of the major scholarly enterprises of the twentieth century. Its more than ten thousand pages are a mine of valuable information for any student and researcher of the Islamic world. All entries in The Encyclopaedia of Islam French Online are linked to the Encyclopaedia of Islam Online so users can easily switch from one language to the other.

Subscriptions: see brill.com

Bāʿ

(5 words)

[Voir Mawāzīn ].

(390 words)

Author(s): Löfgren, O.
(cf. Bū), terme généalogique en usage en Arabie Séoudite, notamment parmi les sayyids et les mas̲h̲āʾik̲h̲ du Ḥaḍramawt, pour former des noms propres particuliers et (secondairement) collectifs, par exemple Bā ʿAbbād, Bā ʿAlawī, Bā Faḍl, Bā Faḳīh, Bā Ḥasan, Bā Ḥassān, Bā Hurmuz, Bā Wazīr (voir les articles spéciaux et les listes de C. A. Nallino (dans Gabrieli, Nome proprio, 88) et Van den Berg ( Ḥadhramout, 51-61). Ibn al-Mud̲j̲āwīr (éd. Löfgren, 254) donne des détails sur cette nomenclature ḥaḍramie, mais cela paraît tellement étrange aux douaniers à ʿAden q…

Bāʾ

(5 words)

[Voir Hid̲j̲āʾ ].

Bā ʿAbbād

(79 words)

Author(s): Löfgren, O.
, famille de mas̲h̲āʾik̲h̲ et de lettrés ḥaḍramīs, qui a un rapport avec le tombeau du prophète Hūd. On compte parmi ses membres ʿAbd Allāh b. Muḥammad b. ʿAbd al-Raḥmān Bā ʿAbbād al-Ḥaḍramī (m. 687/1288) et Muḥammad b. ʿUmar b. Muḥammad b. ʿAbd al-Raḥmān (m. 721/1321), tous deux enterrés à S̲h̲ibām (al-S̲h̲ard̲j̲ī, Ṭabaḳāt, 70, 139). Pour deux ouvrages de manāḳib au sujet de cette famille, voir Serjeant, The Saiyids of Ḥaḍramawt, 6, 11 sq. (O. Löfgren)

Bā ʿAlawī

(1,709 words)

Author(s): Löfgren, O.
, (plus exactement : Āl Bā ʿAlawī, cf. art. Bā; selon al-S̲h̲illī ( Mas̲h̲raʿ, I, 31), ʿalawī est un «oiseau bien connu»; nisba: al-ʿAlawī [également al-Bā ʿAlawī], à ne pas confondre avec la nisba habituelle formée sur ʿAlī), clan important et influent de sayyids et de Ṣūfis de l’Arabie du Sud, vivant en majeure partie dans le Ḥaḍramawt, dans la ville de Tarīm [ q.v.] ou à proximité; ils y sont enterrés, dans le cimetière de Zanbal. La descendance noble des sayyids Bā ʿAlawī aurait été vérifiée au VIe siècle par le traditionniste ʿAlī b. Muḥammad b. Aḥmad b. Ḏj̲adīd (m. en 620/1223; Taʾrīk̲h̲ t̲…

Baalbek

(5 words)

[Voir Baʿlabakk ].

Bāb

(3,083 words)

Author(s): Bausani, A.
, appellatif [voir art. précédent] spécialement rendu célèbre par Sayyid ʿAlī Muḥammad de S̲h̲īrāz, fondateur de la nouvelle religion des Bābīs [ q.v.] et, selon la doctrine des Bahāʾīs [ q.v.], précurseur du nouveau prophète Bahāʾ Allāh [ q.v.]. Il est aussi appelé par ses adeptes Nuḳṭè-yi ūlā («le premier point») ou Ḥaḍrat-i aʿlā («la présence suprême»). Sayyid ʿAlī Muḥammad naquit à S̲h̲īrāz, d’une famille de commerçants, le Ier muḥarram 1235/20 octobre 1819 (d’après d’autres sources, exactement une année plus tard, le 9 octobre 1820); devenu très tôt orpheli…

Bāb

(2,323 words)

Author(s): Creswell, K.A.C.
, porte. Pour la commodité du sujet, on le traitera en deux paragraphes: 1. — dans les mosquées; 2. — dans les fortifications. 1. — Dans les mosquées, les mausolées, etc. Jusqu’à la fin du IIIe/IXe siècle, aucune mosquée n’a eu d’entrée monumentale. On accédait à l’intérieur des mosquées grandes et petites par de simples portes percées dans le mur extérieur, par ex. à la mosquée de Ḳaṣr al-Ḥayr al-S̲h̲arḳī (110/729), à la grande mosquée de Ḥarrān, dont la porte date d’environ 744-50, à la mosquée de Cordoue (170/787), à celle de …

Bāb

(437 words)

Author(s): Lewis, B.
, nom donné dans le S̲h̲īʿisme primitif au disciple de l’Imām de rang le plus élevé. La littérature hagiographique du S̲h̲īʿisme duodécimain donne en général les noms des bābs des Imāms. Chez les Ismāʿīliers [ q.v.], le bāb occupait un rang déterminé dans la hiérarchie. Ce nom était déjà en usage à l’époque pré-fāṭimide, sans qu’on sache exactement ce qu’il signifiait alors (cf. W. Ivanow, The alleged Founder of Ismailism, Bombay 1946, 125, n. 2, citant Kas̲h̲s̲h̲ī, Rid̲j̲āl, 322; le même, Notes sur l’Ummul-kitāb, dans RÉI, 1932, 455; le même, Studies in early Persian Ismailism 2, Bombay…

Baba

(465 words)

Author(s): Taeschner, Fr.
(turc et persan) «père»; le mot signifie aussi «grand-père» en turc oriental (Vambéry, Čagat. Sprachstudien, 240; Süleymān Efendi, Lug̲h̲āt-i d̲j̲ag̲h̲atay, 66). Bābā, placé après le nom propre, est utilisé comme terme honorifique pour des hommes âgés; en Turquie, il sert encore aujourd’hui pour s’adresser à quelqu’un. Comme constituant d’un nom propre, on le connaît surtout par l’histoire de ʿAlī Bābā et les 40 voleurs, dans les Mille et Une Nuits. Comme prénom, il était surtout utilisé dans les milieux de derviches (p. ex. Geyikli Bābā, qui aurait accompagné Or…

Bābā Afḍal

(786 words)

Author(s): Rypka, J.
al-dīn Muḥammad b. Ḥusayn Kāk̲h̲ānī (ou Kās̲h̲ī), généralement appelé Bābā Afḍal, penseur persan et auteur de poèmes en quatrains, né à Manak près de Kās̲h̲ān, où il est également enterré. Les dates de sa vie sont encore plutôt incertaines. D’après Saʿīd Nafīsī, il naquit vers 582/1186-7 ou 592/1195-6, et mourut après 654/1256 ou 664/1265-6 (la date de sa mort donnée par Brockelmann (II, 280: rad̲j̲ab 666/mars-avril 1268) s’en rapproche sensiblement). D’après M. Mīnovī, Bābā Afḍal mourut beaucoup plus tôt, au début du VIIe/XIIIe s.; la date de sa mort fournie par E. G. Browne…

Bābā Beg

(73 words)

Author(s): Barthold, W. | Spuler, B.
, chef özbeg de la famille des. Keneges, qui fut, jusqu’en 1870, prince de S̲h̲ahrisabz. Cette ville ayant été conquise par les Russes, il s’enfuit avec un petit groupe de ses fidèles. Finalement, il fut pris à Ferg̲h̲āna et obligé à résider à Tachkent. En 1875, il prit du service dans l’armée russe et participa à la campagne contre Ḵh̲oḳand. Il mourut vers 1898 à Tachkent. (W. Barthold- [B. Spuler])

Bāb al-Abwāb

(962 words)

Author(s): Dunlop, D. M.
, «Porte des Portes» (dans les textes plus anciens al-Bāb wa-l-Abwāb «la Porte et les Portes», et souvent simplement al-Bāb), appellation arabe d’un passage et d’une forteresse à l’extrémité orientale du Caucase (persan Darband; plus tard, sous l’influence turque Porte de Fer; mod. Derbent). Les «Portes» sont les débouchés des vallées du Caucase oriental (Ibn Ḵh̲urdād̲h̲bih. BGA, VI, 123-4; cf. Yāḳūt, I, 439), al-Bāb lui-même, dans le passage principal, étant le plus important. Il fut à l’origine, selon la tradition, fortifié contre des envahisseurs …

Babadag̲h̲i̊

(806 words)

Author(s): Lewis, B.
, ville de la Dobroudja, faisant maintenant partie de la Roumanie. Son nom turc rappelle le derviche semi-légendaire (Baba) Sari̊ Salti̊ḳ, qui aurait conduit un certain nombre de Turcomans anatoliens en Dobroudja au milieu du ¶ VIIe/XIIIe siècle et se serait établi avec eux dans le voisinage de Babadag̲h̲i̊. (Sur cette installation, voir Paul Wittek, Yazijioghlu ʿAlī on the Christian Turks of the Dobruja, dans BSOAS, 1952, XIV, 639 sqq.). Il existe plusieurs tombeaux de Sari̊ Salti̊ḳ dans diverses villes, mais le plus communément admis comme authentique est c…

Bābā Dāg̲h̲i̊

(6 words)

[Voir Bābādāg̲h̲i̊ ].

Babaeski

(210 words)

Author(s): Kuran, E.
(Bābāy-i ʿatīḳ) ou Babaeskisi, petite ville de la Thrace orientale, située à 50 km. au S.-E. d’Edirne, sur la voie ferrée reliant Ki̊rklareli à la lignè de chemin de fer Edirne-Istanbul. Dénommée Bulgarophygon au temps de l’Empire byzantin, elle tire son nom actuel des derwīs̲h̲es turcs ( baba) qui s’y étaient établis comme ailleurs, pendant l’expansion ottomane dans les Balkans. Babaeski, qui était un ḳaḍāʾ du sand̲j̲aḳ de Vize au XVIIe siècle, fut rattachée plus tard à celui de Ki̊rkkilise (Ki̊rklareli). Elle constitue aujourd’hui un des ḳaḍāʾs du wilāyet de Ki̊rklareli. Le nombr…

Bābā Eskisi

(6 words)

[Voir Bābāeski ].

Bābā Fig̲h̲ānī

(6 words)

[Voir Fig̲h̲ānī ].

Bābāʾī

(638 words)

Author(s): Cahen, Cl.
, nom d’un mouvement religieux-social qui agita les milieux turcomans de l’Asie-Mineure centrale quelques années avant l’invasion mongole, et paraît avoir une grande importance dans l’histoire générale du développement social et culturel du peuple turc. On ne peut le comprendre que par référence à certaines conditions d’ensemble du développement de l’État sald̲j̲ūḳide de Rūm. Au VIIe/XIIIe siècle, celui-ci était devenu un État à forte armature administrative et culturelle d’influence iranienne, appuyée sur la population musulmane et surtout sunnite …

Bābā Isḥāḳ

(6 words)

[Voir Bābāʾī ].
▲   Back to top   ▲