Encyclopédie de l’Islam

Get access Subject: Middle East and Islamic Studies
Éditée par: P.J. Bearman, Th. Bianquis, C.E. Bosworth, E. van Donzel, et W.P. Heinrichs

The Encyclopédie de l’Islam en Ligne is the French edition of the new (2nd) The Encyclopaedia of Islam Online.  The Encyclopaedia of Islam Online (2nd) is generally acclaimed as one of the major scholarly enterprises of the twentieth century. Its more than ten thousand pages are a mine of valuable information for any student and researcher of the Islamic world. All entries in The Encyclopaedia of Islam French Online are linked to the Encyclopaedia of Islam Online so users can easily switch from one language to the other.

Subscriptions: see brill.com

al-Dabarān

(5 words)

[Voir Nud̲j̲ūm ].

Ḍabb

(553 words)

Author(s): Kopf, L.
(b.), lézard à queue épineuse ( uromastix spinipes); d’autres langues sémitiques possèdent des termes apparentés. L’animal, abondant dans la patrie des Arabes, est souvent mentionné et décrit dans l’ancienne poésie et les proverbes qui sont fréquemment cités comme source d’information par les ouvrages zoologiques postérieurs. Les anciens Arabes mangeaient du ḍabb auquel ils trouvaient un goût agréable, mais l’on rapporte que la tribu de Tamim, qui en était particulièrement friande, était tournée en ridicule par d’autres Arabes à ¶ cause de cette habitude. A l’époque islam…

Ḍabba

(746 words)

Author(s): Caskel, W.
b. Udd b. Ṭābik̲h̲a b. al-Yās (K̲h̲indif) b. Muḍar b. Nizār b. Maʿadd, héros éponyme de la tribu arabe bien connue du même nom. Avec leurs «neveux», ʿUkl b. ʿAwf, Taym, ʿAdī et T̲h̲awr b. ʿAbd Manāt b. Udd, les Ḍabba formaient une confédération qui portait le nom d’al-Ribāb. Les Ribāb étaient alliés aux Sa’d b. Zayd Manāt, la fraction ¶ la plus importante des Tamīm. Cette alliance ne fut jamais rompue par les autres confédérés. Ceux-ci, il est vrai, étaient des groupements modestes, tandis que les Ḍabba, grâce à leur puissance, furent parfois capables d’avoir une politique indépendante. Des t…

Dābba

(749 words)

Author(s): Abel, A.
(plur. dawābb), tout être animé s’avançant le corps horizontal; généralement: quadrupède; en particulier bête de somme ou de bât: cheval, âne, mulet, chameau (cf. Lane, s.v.). Burāḳ, la monture fabuleuse portant le Prophète dans son ascension ( miʿrād̲j̲) est qualifiée de dābba par al-G̲h̲īṭī et dans les commentaires. Le mot prend une importance particulière du fait de son emploi dans Ḳurʾān, XXVII, 82, dans le sens de «La Bête» par excellence, équivalent au terme de θήρıον (thèrion) dans l’Apoc. de Saint Jean. Le texte est laconique e…

Dabbāg̲h̲

(593 words)

Author(s): Beg, M. A. J.
, tanncur, terme fréquemment employé comme appellatif en arabe médiéval et moderne. Dans l’Arabie préislamique, les tanneurs étaient des artisans juifs et, du vivant du Prophète, certains de ses Compagnons, tels qu’al-Ḥārit̲h̲ b. Ṣabīra, Sawda, Asmāʾ bint ʿUmays et d’autres, avaient des rapports avec le tannage; un de ces Compagnons, Saʿd b. ʿĀʾid̲h̲, faisait le commerce du fruit de l’acacia ( ḳaraẓ), généralement utilisé dans le tannage du cuir. Sous les Umayyades, les ʿAbbāsides et les Mamlūks, le tannage fut le champ d’activité de nombreux marchands ju…

al-Dabbāg̲h̲

(528 words)

Author(s): Talbi, M.
, Abū Zayd ʿAbd al-raḥmān b. Muḥ. b. ʿAlī b. Abd Allāh al-Anṣārī al-Usaydī, né en 605/1208-9 et mort en 699/1300, fut, selon le témoignage oculaire et probablement intéressé d’al-ʿAbdarī, l’unique vrai savant de Kairouan de son temps. A en croire une anecdote selon laquelle il devait son surnom d’al-Dabbāg̲h̲ au fait que son arrière-grand-père s’était déguisé en tanneur pour échapper aux fonctions de ḳāḍī, il serait d’une vieille famille de faḳīhs, kairouanais. Al-ʿAbdarī, qui lui avait rendu visite en 688/1289 et avait reçu de lui une id̲j̲āza générale pour l’ensemble de son œuvr…

al-Ḍabbī, Abū Ḏj̲aʿfar

(201 words)

Author(s): Seybold, C.F.
Aḥmad b. Yaḥyā b. Aḥmad b. ʿAmīra, savant andalou du VIe/XIIe s. D’après les renseignements qu’il nous donne dans son œuvre sur sa personne et sur sa famille, il naquit à Vêlez, à l’Ouest de Lorca, et c’est dans cette dernière ville qu’il comnença ses études. Il effectua des voyages en Afrique du Nord (Ceuta, Marrākus̲h̲, Bougie) et se rendit même à Alexandrie, mais il semble avoir passé la majeure partie de sa vie à Murcie; il mourut à la fin de rabīʿ II 599/début 1203. Nous n’avons conservé de ses écrit…

al-Ḍabbī, Abū ʿIkrima

(7 words)

[Voir al-Mufaḍḍal ].

Dābiḳ

(359 words)

Author(s): Sourdel, D.
, localité de la Syrie septentrionale, appartenant au district de ʿAzāz, située sur la route menant de Manbid̲j̲ à Anṭākiya (al-Ṭabarī, III, 1103), au bord du Nahr Ḳuwayḳ et en amont d’Alep. Le nom était déjà connu à l’époque assyrienne sous la forme Dabigu, devenue en grec Dabekôn. Dābiḳ se trouve auprès d’une vaste plaine, appelée Mard̲j̲ Dābiḳ, qui servit souvent, sous les Umayyades et les ʿAbbāsides, de cantonnement aux troupes et de point de départ des opérations contre le territoire byzantin. Le calife umayyade Sulaymân b. ʿAbd al-Mali…

Dabīḳ

(402 words)

Author(s): Wiet, G.
(avec les variantes Dabḳā et Dabḳū) était une localité de la grande banlieue de Damiette, célèbre par ses manufactures de tissage d’étoffes de luxe, exportées dans tout l’empire musulman. On ne peut préciser davantage la situation de Dabīḳ, mentionnée en compagnie d’autres cités également disparues, comme S̲h̲aṭā. Tinnīs ou Tūna, qui se trouvaient vraisemblablement dans des îles du lac Menzāleh. On y fabriquait de fins tissus brochés d’or et, à l’époque fāṭimide, des turbans de lin multicolore. La somptuosité de ces textiles était telle qu’on parla bien vite de dabīḳī, et la renommé…

Dabīl

(5 words)

[Voir Dwīn ].

Dabīr

(313 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
(P), scribe, secrétaire, est le terme équivalent à l’arabe kātib et au turc yazi̊d̲j̲i̊ que l’on emploie généralement dans le monde de culture persane, y compris l’indo-musulmau (où il tendit cependant, au cours des derniers siècles, à être supplanté par muns̲h̲ī; Yule et Burnell, Hobson-Jobson, Londres 1886, 328, signalent que, de leur temps, « dubeer » est tout à fait obsolète dans l’usage indien). Ce terme apparaît sous la forme dipīr/dibīr (orth. pchlévie dpy̲ (w)r; voir D. N. MacKenzie, A concise Pahlavi dictionary, Londres 1971, 26) dans la Perse sāsānide pour désigner …

Dabīr, Salāmat ʿAlī

(924 words)

Author(s): S̲h̲afīʿ, Muḥammad
, Mīrzā, Lak̲h̲nawī, poète en ourdou, qui se consacra à écrire et à ¶ réciter des élégies d’une intense dévotion sur la mort des martyrs de Karbalā. Il était fils de Mīrzā G̲h̲ulām Ḥusayn, lequel serait un petit-fils de Mullā Hās̲h̲im S̲h̲irāzī (frère du célèbre Ahlī de S̲h̲īrāz, m. 943/1536-7). Salāmat ʿAlī naquit à Ballīmārān (Dihlī), le 11 d̲j̲umādā Ier 1218/29 août 1803. Enfant, il accompagna son père à Lucknow où il reçut une bonne éducation. Il étudia tous les textes persans et arabes usuels sur les sciences religieuses et étrangères ( manḳūl wa-maʿḳūl) auprès des ʿ ulaamāʾ bien connu…

Dabistān al-Mad̲h̲āhib

(369 words)

Author(s): Horovitz, J. | Massé, H.
, «L’école des religions», ouvrage persan qui décrit les diverses religions et en particulier la situation religieuse de l’Hindoustan au XIe/XVIIe s.; le plus complet en langue persane, postérieur au Bayān al-adyān (XIIe s.), précis mais sommaire, et à la Tabṣirat al-ʿawāmm (XIIIe s.), conçue du point de vue s̲h̲īʿite. Les sources du Dabistān sont tantôt les livres saints des diverses confessions religieuses, tantôt les renseignements oraux communiqués à l’auteur, tantôt enfin les observations personnelles de celui-ci. Dans maints chapitres, il a …

Ḍābiṭ

(270 words)

Author(s): Lewis, B.
, en turc zabit, nom donné par les Ottomans à certains fonctionnaires et officiers, et qui se spécialisa par la suite pour désigner les officiers des forces armées. Il semble que, dans son emploi ancien chez les Ottomans, ḍābiṭ ait indiqué une personne chargée d’une affaire ou de sa direction ou (? des finances) d’une localité (par ex. ewḳāf ḍābiṭi, wilāyet ḍābiṭi, etc.; exemples, certains avec des toponymes, dans Halit Ongan, Ankara’nin 1 numarali şer’iye Sicili, Ankara 1958, index, et L. Fekete, Die Siyāqat-Schrift, I, Budapest 1955, 493 sqq.; cf. l’emploi du mot en persan d…

Ḍabṭ

(34 words)

, établissement par arpentage de l’assiette de l’impôt foncier appliqué à la fin du sultanat de Dihlī et sous les Mug̲h̲als; les terres ainsi mesurées sont appelées ḍabṭī [Voir Ḍarība , 6].

Ḍabṭiyya

(189 words)

Author(s): Lewis, B.
, en turc zabtiyye, nom donné par les Ottomans, à une époque assez tardive, à la police et à la gendarmerie. Les fonctions policières, qui étaient auparavant sous la surveillance de différents officiers de janissaires, furent placées sous la juridiction du serʿasker [ q.v.; voir aussi Bāb-i Serʿaskerī] en 1241/1826, et, en 1262/1846, devinrent une administration autonome, la Ḍabṭiyye mus̲h̲īriyyeti (Luṭfī, VIII, 27-8). Vers le même temps, on créa un conseil de la police ( med̲j̲lis- i ḍabṭiyye) qui fut supprimé par la suite et remplacé par deux corps quasi judiciaires, le dīwān- i ḍabṭi…

Ḍabuʿ

(3,701 words)

Author(s): Viré, F.
et Ḍabʿ (A., pl. ḍubʿ ḍubuʿ, ḍibāʿ, aḍbuʿ, maḍbaʿa), substantifs fém. sing. par nature désignant l’hyène (pers. kaftār, turc ṣi̊rtlan, berbère ifis, pl. ifisen) sans distinction de sexe ni d’espèce (voir Ch. Pellat, Sur quelques noms d’animaux en arabe classique, dans GLECS, VIII, 95-9). Tirés par dérivation de ce terme générique imprécis, on trouve, pour différencier les sexes, ḍibʿān, pl. ḍabāʿīn comme nom du mâle (à côté de d̲h̲īk̲h̲, pl. d̲h̲uyūk̲h̲) et ḍibʿāna, pl. -āt pour la femelle. Le terme ḍabuʿ (préféré à dab’) dont l’origine est suméro-akkadienne se retrouve dans l…

Dabūsiyya

(286 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, ville de la Transoxiane médiévale située en Sogdiane, sur un canal qui part au Sud du nahr Sug̲h̲d et sur la route Samarḳand-Karmīmyya-Buk̲h̲ārā. Le site en est marqué par les ruines de Ḳalʿa-yi Dabūs, près du village actuel de Ziyaudin (=Ḍiyāʾ al-dīn), d’après Barthold, Turkestan 3, 97. Les géographes médiévaux disent qu’elle se trouve dans une région prospère et bien arrosée, et al-Muḳaddasī (324; cf. R. B. Serjeant, Islamic textiles, material for a history up to the Mongol conquest, Beyrouth, 101) cite en particulier le brocart appelé wad̲h̲ārī qui y était produit. Dabūsiyya doit s…

Dābūya

(309 words)

Author(s): Spuler, B.
(Dābōē), fondateur de la dynastie des Dābūyides au Gīlān [ q.v.]. La famille prétendait être d’origine sāsānide par le père de Dābūya, Gīl Gāubāra, et avait pour résidence la ville de Fūman [ q.v.]. La dynastie tint longtemps au Zoroastrisme et défendit à plusieurs reprises le pays contre les Arabes jusqu’au moment où le dernier souverain, Ḵh̲ūrs̲h̲īd̲h̲ II (141 ou 142/758-60), dut s’enfuir devant la supériorité des ʿAbbāsides et se suicida au Daylam (al-Ṭabarī, III, 139 sq.). L’une de ses filles, dont le nom est inconnu, devint l’épouse du calife al-Manṣūr. Les noms des membres de ce…
▲   Back to top   ▲