Encyclopédie de l’Islam

Get access Subject: Middle East and Islamic Studies
Éditée par: P.J. Bearman, Th. Bianquis, C.E. Bosworth, E. van Donzel, et W.P. Heinrichs

The Encyclopédie de l’Islam en Ligne is the French edition of the new (2nd) The Encyclopaedia of Islam Online.  The Encyclopaedia of Islam Online (2nd) is generally acclaimed as one of the major scholarly enterprises of the twentieth century. Its more than ten thousand pages are a mine of valuable information for any student and researcher of the Islamic world. All entries in The Encyclopaedia of Islam French Online are linked to the Encyclopaedia of Islam Online so users can easily switch from one language to the other.

Subscriptions: see brill.com

Māʾ

(32,728 words)

Author(s): Fahd, F. | Young, M. J. L. | Hill, D. R. | Rabie, Hassanein | Cahen, Cl. | Et al.
(a.) «eau». Le présent article traitera des aspects magico-religieux et juridique de l’eau, ainsi que des techniques d’irrigation: I. Hydromancie. II. L’eau dans le droit islamique classique. III. Machines hydrauliques. IV. L’irrigation en Egypte avant le XXe siècle. V. L’irrigation en

Māʾ

(1,874 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
10. Irrigation en Transoxiane. Les fleuves d’Asie Centrale, qui s’étendent, à travers la Transoxiane, depuis le Ḵh̲wārazm à l’Ouest vers le Turkestan oriental (futur Sinkiang) et vers le Semirečye au Nord, ont tous été largement utilisés pour irriguer les terres situées le long de ces cours d’eau et les diverses oasis, ce qui permettait de faire de l’agriculture dans les zones favorables qui n’étaient pas trop exposées aux attaques des nomades de la steppe ou, plus au Nord, des peuplades des forêts. Par conséquent, comme ailleurs dans le monde ancien, ¶ l’entretien des travaux d’irri…

Maʿād

(2,438 words)

Author(s): Arnaldez, R.
(a.), le lieu de retour, terme technique du vocabulaire religieux et philosophique. Le verbe ʿāda, ʿawdan signifie: revenir en un lieu. Al-Ḏj̲awharī en fait le synonyme de rad̲j̲aʿa. Le ʿawd

Maʿadd

(312 words)

Author(s): Watt, W. Montgomery
, appellation collective des tribus du Nord de l’Arabie [voir al-ʿArab, Ḏj̲azīrat—, VI — I, 562 a]. D’après la généalogie courante, Maʿadd était un fils de ʿAdnān [ q.v.]; son fils Nizār [ q.v.] eut trois fils, Muḍar, Iyād et Rabīʿa. Les Arabes du Nord se disent pour la plupart les descendants de Muḍar et de Rabīʿa. Maʿadd et ses descendants auraient vécu pendant un certain…

Maʿāfir

(804 words)

Author(s): Grohmann, A. | Smith, G. R.
(ou al-Maʿāfir), nom d’une tribu de l’Arabie du Sud qui fait partie des Ḥimyar et dont la généalogie serait Yaʿfur b. Mālik b. al-Ḥārit̲h̲ b. Murra b. Udad b. Hamaysaʿ b. ʿAmr b. Yas̲h̲d̲j̲ub b. ʿArīb b. Zayd b. Kahlān b. Sabaʾ.…

al-Maʿāfirī

(533 words)

Author(s): Tibi, Aida
, Abū l-Ḥasan ʿAlī b. Muḥammad b. ʿAlī b. Ḏj̲amīl b. Saʿd al-dīn, savant mâlikite andalou qui se fixa à Jérusalem, où il mourut en 605/1208. Né et élevé à Mālaḳa, il quitta de bonne heure sa ville natale et, comme tant de ses compatriotes, se rendit en Orient pour accomplir le pèlerinage et acquérir de nouvelles connaissances. Les sources disent bien qu’il écrivit quelques ouvrages, mais elle n’en citent aucun. On n’en connaît qu’un, un ms. unique, autographe et sans titre conservé à la Bibl. Chester Beatty de Dublin et catalogué (ms. 3016) sous le titre de Biographies of famous women. Ce ms. c…

Maʿalt̲h̲āyā, Maʿalt̲h̲ā

(980 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
(syriaque «porte, entrée», Payne Smith, Thesaurus syriacus, col. 2881), nom donné à deux villages de l’ancien ḳaḍāʾ de Dehōk (Duhūk) du wilāyet de Mawçil à l’époque ottomane, auj. Malthai, dans la Région Autonome de Dehōk (Ir…

Maʿān

(1,013 words)

Author(s): Elisséeff, N.
ou Muʿān, ville du Sud de la Jordanie (1074 m d’altitude; 30° 12′ N. et 35° 44′ E.), chef-lieu du gouvernorat situé au Sud de celui de Karak [ q.v.] et à l’Est du Wādī ʿAraba [

al-Maʿānī Wa-l-bayān

(5,222 words)

Author(s): Bonebakker, S. A. | Reinert, B.
, deux des trois catégories en lesquelles, depuis l’époque d’al-Sakkākī (m. 626/1229 [ q.v.]), l’étude de la rhétorique a souvent été divisée. I. — En arabe. Le Miftāḥ al-ʿulūm d’al-Sakkākī, où les deux termes figurent pour la première fois, était trop mal présenté, trop obscur et parfois trop plein de contradictions pour être d’un usage pratique pour la plupart des gens qui étudiaient la rhétorique. Il consiste en une section sur la grammaire, une autre sur la syntaxe, une troisième sur le ʿilm al-maʿānī et le ʿilm al-bayānī et deux suppléments à la section relative aux maʿānī, l’un sur la démonstration ( istidlāl) et l’autre sur la définition des aspects formels de la poésie, sur le mètre et la rime. La premi…

Maʿārif

(18,503 words)

Author(s): Winter, M. | Elayed, A. | Hadj-Salah, A. | Salmi, J. | Sanaʾi, Mahmud
(a.) «éducation, instruction publique», pl. de maʿrifa [ q.v.], déjà employé au moyen âge pour désigner les connaissances profanes ou la culture générale (par ex. dans le titre du Kitāb al-Maʿārif d’Ibn Ḳutayba),par opposition aux sciences religieuses ( ʿulūm, pl. de ʿīlm). I. — Empire ottoman et pays arabes du Proche-Orient. Ce terme paraît être entré dans l’usage officiel de l’empire ottoman, avec le sens de «connaissances modernes», en 1838, lorsque fut créée à Istanbul une ¶ école destinée à la formation des fonctionnaires, le Mekteb-i Maʿārif-i ʿadliyya. Par la suite, ce terme a été fréquemment usité en turc pour désigner l’éducation nationale. Ainsi, le premier corps officiel chargé de l’administration et du contrôle des écoles de l’État institué en 1845 fut appelé muwaḳḳat-i̊ maʿārif med…

Maʿarrat Maṣrīn ou Miṣrīn

(1,378 words)

Author(s): Elisséeff, N.
, petite ville située en Syrie du Nord (36° 01′ N. et 36° 40′ E.). Elle est à 40 km au N. de Ma’arrat al-Nuʿmān [ q.v.], à 50 km au Sud-ouest de Ḥalab [ q.v.] et à une dizaine de km au Nord-ouest de Sarmīn. Elle doit son importance au fait qu’elle se trouve entre les districts du Rūd̲j̲, du Ḏj̲azr et du Ḏj̲abal al-Summāḳ et que jadis elle jouait le rôle de marché de cette région que traverse la route de Ḥalab à Armanāz, voie utilisée au moyen âge par les Turcomans. Son rôle est dévolu aujourd’hui à Idlib. Le pays, bien que mal ar…

Maʿarrat al-Nuʿmān

(5,570 words)

Author(s): Elisséeff, N.
, chef-lieu d’un ḳaḍāʾ de la Syrie du Nord comprenant la moitié ¶ Sud du Ḏj̲abal Zāwiya qui constitue la partie méridionale du massif du Belus et compte de nombreux villages. Maʿarrat al-Nuʿmān, célébre en tant que ville natale du poéte aveugle al-Maʿarrī [ q.v.], se trouve à environ 500 m d’altitude, à la latitude de 35°38′ N. et à la longitude de 36°40′ E. Classée en Phénicie du Nord, à deux jours au Sud deHalab (70 km) elle est située sur la frange orientale d’un massif riche en vestiges archéologiques. D’Ouest en Est nous avons des ca…

al-Maʿarrī

(7,797 words)

Author(s): Smoor, P.
, Abū l-ʿAlāʾ Aḥmad b. ʿAbd Allāh b. Sulaymān, célèbre poéte et prosateur arabe de l’époque ʿabbāside, qui naquit en 363/973, à Maʿarrat al-Nuʿmān [ q.v.] et mourut dans sa ville natale en 449/1058. Il appartenait à une famille notable de ʿulamāʾ s̲h̲āfiʿites, les Banū Sulaymān, qui, après le grand-pére d’Abū l-ʿAlāʾ, occupérent le poste de ḳāḍī de Maʿarra et parmi lesquels on compte plusieurs poétes assez éminents (voir ʿImād al-dīn al-Iṣfahānī, Ḵh̲arīdat al-ḳaṣr, II (Syrie), II, 49, éd. S̲h̲ukrī Fayṣal, Damas 1959, avec une table généalogique dans l’Introd. de l’éd…

Maʾāt̲h̲ir al-Umarāʾ

(232 words)

Author(s): Réd.
, nom d’un célébre recueil de biographies en persan des officiers supérieurs de l’Inde musulmane entre le régne de l’empereur mug̲h̲al Akbar (963-1014/1556-1605) et l’époque de l’auteur, Samṣām al-dawla Mīr ʿAbd al-Razzāḳ S̲h̲āh-Nawāz Ḵh̲n Awrangābādī (1111-71/1700-58). Né à Lahore, ce dernier se fixa au Deccan, où il entra au service du premier niẓām de Ḥaydarābād [ q.v.], Nizām al-mulk Āṣaf-Ḏj̲āh, et occupa des emplois au Berār [ q.v.], puis devint dīwān ou premier ministre du Deccan. Sa politique, dans ce dernier poste, visa à faire échec à l’influence croissan…

Māʾ al-ʿAynayn

(3,470 words)

Author(s): Norris, H. T.
al-Ḳalḳamī est le nom le plus régulièrement donné en Mauritanie et au Maroc au plus grand savant et chef religieux et politique du Sahara occidental de la fin du XIXe siècle et du début du XXe. (On trouve plusieurs explications de son sobriquet, qui signifie littéralement «eau des deux yeux», mais la plus satisfaisante paraît être celle qui n’y voit qu’une valeur euphémistique analogue à celle de l’expression ḳurrat al-ʿayn «fraîcheur de l’śil»). Māʾ al-Aynayn naquit le 27 s̲h̲aʿbān 1246/10 février 1831, le jour même de la mort de son frère, Abū l-Fatḥ, et de sa …

Maʿbad b. ʿAbd Allāh b. ʿUkaym al-Ḏj̲uhanī

(618 words)

Author(s): Ess, J. van
, représentant ancien des idées ḳadarites qui fut exécuté après l’insurrection d’Ibn al-As̲h̲ʿat̲h̲ [ q.v.] en 83/703. Né probablement vers 20/640 ou même plus tôt, il avait eu des contacts avec Muʿāwiya (41-60/661-80), et ʿAbd al-Malik l’appréciait au point qu’il l’envoya en ambassadeur à Byzance et le chargea de l’éducation de son fils Saʿīd al-Ḵh̲ayr. D’après une relation assez détaillée, mais peut-être imaginaire, il joua un rôle politique dés 38/658, pendant les négociations entre Abū Mūsā al-As̲h̲ʿarī e…

Maʿbad b. Wahb

(694 words)

Author(s): Farmer, H. G. | Neubauer, E
, Abū ʿAbbād, l’un des plus grands chanteurs et compositeurs de l’époque umayyade, naquit à Médine et mourut à Damas en 125 ou 126/743-4. Fils d’un esclave noir, il devint mawlā d’une famille des Banū Mak̲h̲zūm dont il gardait les troupeaux. Comme bien d’autres musiciens orientaux, il aurait été amené à la musique par un rêve. Il prit des leçons auprés de Sāʾib Ḵh̲āthir et de Nas̲h̲īṭ et ne tarda pas à se faire un nom à Médine. Invité à chanter à La Mekke, où Ibn Surayd̲j̲ donnait le ton, il y gagna un concours de chant orga…

Mā Baʿd al-Ṭabīʿa

(3,479 words)

Author(s): Arnaldez, R.
, ou Mā baʿd al-ṭabīʿiyyāt traduction du grec τα µετα τα φυσικά les choses qui sont après les choses physiques, expression qui désigne la métaphysique et qui peut avoir deux sens dont chacun commande une conception particuliére de cette science ( ʿilm, ou ṣināʿa). Ou bien il s’agit d’une discipline qu’on aborde aprés la physique en s’appuyaiit sur les résultats des sciences de la nature; ou bien il s’agit d’une discipline dont l’objet est au delà des objets sensibles qu’étudie la physique. Ces deux significations ne s’excluent pas en ell…

Maʿbar

(1,526 words)

Author(s): Forbes, A. D. W.
, nom que les Arabes du moyen âge donnaient au littoral oriental du Deccan correspondant en gros, mais pas exactement, à la ¶ côte de Coromandel (dont l’appellation vient du tamul čolamaṅdalam «royaume des Čolas» appliqué à la région autrefois gouvernée par les rād̲j̲ās colas de leur capitale Tānjavur (Tand̲j̲ore); de lá, l’autre nom arabo-persan, Barr al-Ṣūliydn ou Ṣhūliyān (Tibbets, 466), «côte des Čolas»). En arabe, maʿbar signifie «passage» ou «point où l’on traverse». Appliqué au Coromandel, ce terme a été largement interprété comme une référence au rôle …

al-Maʿbarī

(489 words)

Author(s): Ahmad, S. Maqbul
, S̲h̲ayk̲h̲ Zayn al-dīn b. ʿAbd al-ʿAzīz b. Zayn al-dīn b. ʿAlī b. Aḥmad, l’auteur de la Tuhfat al-mud̲j̲āhidin fī baʿd aḥwāl al-Burtuḳāliyyīn, aurait vécu à Ponani, dans le district de Malabar (Kerala, Inde) sous le régne de ʿĀlī ʿĀdil S̲h̲āh (965-88/1558-80) qui était son mécéne et à qui il dédia son ouvrage. On ne connaît la date ni de sa naissance ni de sa mort, mais l’on sait qu’il écrivit la Tuḥfa vers 985/1577. Elle traite de la géographie de l’Inde méridionale, de l’Islam au Malabar et des campagnes des Portugais dans l’Inde. Le premier chapitre est consacr…
▲   Back to top   ▲