Encyclopédie de l’Islam

Get access Subject: Middle East and Islamic Studies
Éditée par: P.J. Bearman, Th. Bianquis, C.E. Bosworth, E. van Donzel, et W.P. Heinrichs

The Encyclopédie de l’Islam en Ligne is the French edition of the new (2nd) The Encyclopaedia of Islam Online.  The Encyclopaedia of Islam Online (2nd) is generally acclaimed as one of the major scholarly enterprises of the twentieth century. Its more than ten thousand pages are a mine of valuable information for any student and researcher of the Islamic world. All entries in The Encyclopaedia of Islam French Online are linked to the Encyclopaedia of Islam Online so users can easily switch from one language to the other.

Subscriptions: see brill.com

Rāʾ

(459 words)

Author(s): Troupeau, G.
, 10ème lettre de l’alphabet arabe, transcrit Irl; valeur numérique 200, selon l’ordre oriental (voir Abd̲j̲ad). Définition: vibrante, apicale, alvéolaire, sonore. Cette consonne roulée est obtenue par une série de battements de la langue, produits un peu en arrière des alvéoles des incisives. Sībawayhi qualifie la consonne /r/ de «dure» ( s̲h̲adīd) et de «répétée» ( mukarrar), à cause de la répétition ( takrīr) du mouvement de la langue durant son émission. Pour al-Ḵh̲alīl. le /r/ est une consonne «pointue» ( d̲h̲awlaqī), car elle est émise avec la pointe ( d̲h̲awlaq) de la langue. …

Rabʿ

(945 words)

Author(s): Behrens-Abouseif, Doris
(a., pl, ribāʿ), à l’origine, «foyer, domicile, ville ou pays de résidence»; le verbe rabaʿa signifie «habiter». Dans le contexte de l’architecture du Caire, ¶ le mot désigne un type d’habitation urbaine consistant en un immeuble de rapport de plusieurs appartements construit pour investir. Il peut aussi s’appliquer aux locaux de séjour appartenant à une institution religieuse. Dans sa description du Caire au Ve/XIe siècle, Nāṣir-i Ḵh̲usraw [ q.v.] mentionne des immeubles locatifs abritant jusqu’à 350 personnes, et ʿAbd al-Lafīf al-Bag̲h̲dādī (m. 629/1231-2) parle de rabʿs au Ca…

Rabāb

(2,768 words)

Author(s): Farmer, H. G.
(a.), terme générique pour désigner la viole, ou tout instrument à cordes, dont on joue à l’aide d’un archet ( ḳaws). L’origine de ce nom a été diversement expliquée: — a. de l’hébreu lābab (l et r alternant); — b. du persan rubāb (√ rawāwa), dont on joue à l’aide des doigts ou d’un plectre; — c. de l’arabe rabba (recueillir, arranger, rassembler). La première étymologie est à peine soutenable. La seconde a quelque raison d’être, encore que le simple argument de similitude du nom ne puisse être accepté sans discussion. Malgré l’indication souvent répété…

Rabaḍ

(560 words)

Author(s): Lévi-Provençal, E.
(a., pl. arbāḍ), faubourg, quartier d’une ville situé en dehors de l’agglomération centrale ( madīna [ q.v.]. Ce terme, qui est attesté très fréquemment dans les textes historiques du Moyen Age occidental et oriental, est à l’origine du mot espagnol arrabal, qui possède la même signification. Dans les chāteaux-forts de l’Espagne musulmane ( ḥiṣn ou ṣak̲h̲ra), on appelait rabaḍ l’agglomération civile située au-dessous du réduit militaire proprement dit; on appliquait aussi ce terme au quartier des prostituées et à celui des lépreux, tandis que chez les …

al-Rabāḥī

(90 words)

Author(s): Réd.
, Yūsuf b. Sulaymān b. Marwān al-Anṣārī, Abū ʿUmar, né en 367/978, mort à Murcie en 448/1092. Connu surtout comme grammairien, il est également crédité de compétences en fiḳh, en poésie, en métrique et en généalogies. Il aurait joué un rôle non négligeable dans la conciliation des diverses écoles grammaticales d’al-Andalus. On lui attribue un Radd ʿalā l-Ḳabrī et un Radd ʿalā Abī Muḥammad al-Aṣīlī, qui…

al-Rabaʿī

(139 words)

Author(s): Troupeau, G.
, Abū l-Ḥasan ʿAlī b. ʿĪsā, grammairien bag̲h̲dādien du IVe/Xe siècle, contemporain d’Ibn Ḏj̲innī. Né à Bag̲h̲dād en 328/940, il étudia la grammaire dans sa ville natale, sous la direction d’al-Sīrāfī [ q.v.], avant d’aller à S̲h̲īrāz pour suivre l’enseignement ¶ d’al-Fārisī [ q.v.] durant près de vingt ans. Il revint ensuite à Bag̲h̲dād, où il mourut, très âgé, en 420/1029. Sa folie, qui se manifestait par la phobie des chiens, l’empêcha d’avoir des disciples. Parmi ses ouvrages, dont aucun ne nous est parvenu, on trouve des commentaires ( s̲h̲arḥ), comme ceux du K. al-Īḍāḥ d’al-Fārisī et du K. al-Muk̲h̲taṣar d’al-Ḏj̲armī, et deux traités de grammaire: le K. al-Muqaddima et le K. al-Badīʿ. (G. Troupeau) Bibliography Ibn al-Anbarī, Nuzhat, 201-203 al-Qifṭī, Inbāh, II, 297 al-Suyūṭī, Bug̲h̲ya, 344-345 …

Rabat

(5 words)

[Voir al-Ribāṭ ].

Rabb

(288 words)

Author(s): Wensinck, A. J. | Fahd, T.
(a.), seigneur, Dieu, maître d’un esclave. L’Arabie antéislamique désignait probablement par ce terme ses dieux ou quelques-uns d’entre eux. Le mot correspond, dans ce sens, à des termes comme Baʿal, Adon dans les langues sémitiques du Nord-ouest, où rabb signifie «beaucoup, grand» (voir A. Jeffrey, The foreign vocabulary of the Qurʾān, Baroda 1938, 136-7). Dans l’une des sourates les plus anciennes (CVI, 3), Allāh est appelé «le seigneur de ce temple». De même al-Lāt portait l’épithète d’al-Rabba, spécialement à Ṭāʾif où elle était vénérée sou…

Rabg̲h̲ūzī

(650 words)

Author(s): Damme, M. van
, Nāsir al-dīn b. Burhān al-dīn, écrivain ancien en turc d’Asie Centrale, naquit dans la seconde moitié du VIIe/XIIIe siècle, peut-être dans le camp non encore identifié de Ribāṭ Og̲h̲uz, en Transoxiane (Turkestan occidental), qui dépendait alors du k̲h̲ānat čag̲h̲atay [ q.v.]. Etant lui-même turc et juge de profession, il avait aussi des relations plutôt bonnes avec l’élite mongole dirigeante. Pour sa mort, la date post quem est 710/1310. Ces quelques données sont tirées de son œuvre, car aucune autre source qui puisse nous en apprendre davantage sur son iden…

Rabīʿ

(177 words)

Author(s): Plessner, M.
(a.),nom des 3ème et 4ème mois du calendrier islamique. Le nom est un mot araméen, rbīʿā, et correspond dans la traduction syriaque de la Bible à l’hébreu malḳōs̲h̲, «pluie d’arrière-saison». Pour cette raison et à cause du fait que les deux mois qui suivent rabīʿ II portent le nom de d̲j̲umādā (mois de la gelée), Wellhausen a été amené à supposer que les quatre mois en question tombaient originairement en hiver, et que par conséquent l’année chez les anciens Arabes commençait par le semestre d’hiver ¶ [voir al-Muḥarram]. Rabīʿ désigne originellement la saison pendant laquelle la …

Rābiʿa al-ʿAdawiyya al-Ḳaysiyya

(2,288 words)

Author(s): Smith, M. | Pellat, Ch.
(double nisba parce qu’on la ra…

Rabīʿa et Muḍar

(2,516 words)

Author(s): Kindermann, H.
, les deux plus grands et plus puissants groupes de tribus de l’ancienne Arabie du Nord. Le nom de Rabīʿa se rencontre très fréquemment dans la nomenclature des tribus arabes. Les tribus importantes portant ce nom et appartenant au groupe Muḍar, sont les suivantes: Rabīʿa b. ʿĀmir b. Ṣaʿṣaʿa, dont les Kaʿb, Kilāb et Kulayb sont issus, ensuite les Rabīʿa b. ʿAbd Allāh b. Kaʿb, les Rabīʿa b. Kilāb, les Rabīʿa b. al-Aḍbat et les Rabīʿa b. Māik b. Ḏj̲aʿfar; de plus, les Rabīʿa b. ʿUḳayl et Rabīʿa b. Ḏj̲aʿda; trois …

Rabīb al-Dawla

(243 words)

Author(s): Zetterstéen, K. V.
, Abū Manṣūr ibn Abī S̲h̲ud̲j̲āʿ Muḥammad b. al-Ḥusayn, vizir des ʿAbbāsides et des Sald̲j̲ūḳides. Lorsque le vizir Abū S̲h̲ud̲j̲āʿ Muḥammad al-Rūd̲h̲rāwarī [ q.v.] se rendit en pèlerinage à la Mekke en 481/1089, il désigna son fils Rabīb al-dawla et le naḳīb al-nuḳabāʾ Ṭirād b. Muḥammad al-Zaynabī pour le remplacer, et en 507/113-14, Rabīb al-dawla, après la mort d’Abū l-Ḳāsim ʿAlī b. Fak̲h̲r al-dawla Muḥammad b. Ḏj̲ahīr [voir Ḏj̲ahīr. Banū], fut nommé vizir du calife al-Mustaẓhir [ q.v.]. En d̲h̲ū l-ḥid̲j̲d̲j̲a 511/avril 1118, Maḥmūd b. Muḥammad [ q.v.], alors âgé de quatorze an…

al-Rabīʿ b. Yūnus

(550 words)

Author(s): Atiya, A. S.
b. ʿAbd Allāh b. Abī Farwa (à cause de son entrée à Médine avec une toison sur le dos), esclave affranchi d’al-Ḥārit̲h̲ al-Ḥaffâr, lui-même affranchi de ʿUt̲h̲mān b. ʿAffān. C’était en réalité un homme d’origine obscure, né dans l’esclavage à Médine vers 112/730, acheté par Ziyād b. ʿAbd Allāh al-Ḥārit̲h̲ī qui en fit présent à son maître Abu l-ʿAbbās al-Saffāḥ. Pendant toute sa vie, il servit, avec une fortune diverse, trois autres califes ʿabbāsides: al-Manṣūr, al-Mahdī et al-Hādī.…

Rabīʿ b. Zayd

(1,267 words)

Author(s): Pellat, Ch.
, nom arabe d’un Chrétien mozarabe [voir Mozarabes] qui s’a…

Rābig̲h̲

(374 words)

Author(s): Réd.
(Bandar Rābig̲h̲, Rāug̲h̲), port dans la province du Ḥid̲j̲āz en Arabie Saoudite, lat. 22° 48’ N, long. 39° 1’ E., à mi-chemin entre Ḏj̲udda [ q.v.] et Yanbuʿ. Il est peut-être identique à l” Αργα χώμη de Ptolémée (Sprenger, Die alte Geographie, n° 38). Au Nord de Rābig̲h̲ se trouve al-Abwāʾ [ q.v.], où est inhumée Āmina [ q.v.], la mère du Prophète. Dans le passé, le port ne disposait pas d’un mouillage propre. Les bateaux s’ancraient à S̲h̲arm Rābig̲h̲, une crique d’environ 3 km de longueur, qui offrait un excellent mouillage (Hogarth, Hejaz, 29). De là, les cargaisons étaient transfé…

Rābiḥ b. Faḍl Allāh

(236 words)

Author(s): Hiskett, M.
, aventurier lié au marchand d’ivoire et d’esclaves du Soudan orient Zubayr Pas̲h̲a [ q.v.]. Après la chute de Zubayr en 1291/1874 et la mort du fils de ce dernier Sulaymān, Rābiḥ devint le chef des partisans de Sulaymān. En 1305/1887, il s’était associé au mouvement mahdiste [

Rabīʿiyyāt

(2,671 words)

Author(s): Alpay Tekin, Gönül
Dans la littérature ottomane. Il n’existe pas de genre littéraire spécifique dit rabīʿiyyāt ( bahāriyyāt) dans la littérature ottomane (désignée ci-après par l’expression: littérature du dīwān). Le printemps occupe toutefois une place importante dans cette littérature, de même que dans toutes les autres littératures nationales. Le printemps, avec ses diverses fonctions adaptées à la structure de presque toutes les formes de styles et de genres littéraires, a occupé sa place spécifique dans divers genres littéraires déjà…
▲   Back to top   ▲