Encyclopédie de l’Islam

Get access Subject: Middle East and Islamic Studies
Éditée par: P.J. Bearman, Th. Bianquis, C.E. Bosworth, E. van Donzel, et W.P. Heinrichs

The Encyclopédie de l’Islam en Ligne is the French edition of the new (2nd) The Encyclopaedia of Islam Online.  The Encyclopaedia of Islam Online (2nd) is generally acclaimed as one of the major scholarly enterprises of the twentieth century. Its more than ten thousand pages are a mine of valuable information for any student and researcher of the Islamic world. All entries in The Encyclopaedia of Islam French Online are linked to the Encyclopaedia of Islam Online so users can easily switch from one language to the other.

Subscriptions: see brill.com

Wabāʾ

(2,827 words)

Author(s): Shoshan, B. | D. Panzac
(a., de wabiʾa “être contaminé”, en parlant d’une région ou d’un pays affecté par la peste), terme arabe médiéval pour “épidémie, peste, pestilence” et théoriquement distinct de ṭāʿūn, de ṭaʿana “percer, poignarder”, avec le sens plus spécifique de “peste” (bubonique ou zootique, ou encore pulmonaire ou démique). Dans les traités arabes de médecine du Moyen Age, on trouve l’expression “tout ṭāʿūn est un wabāʾ alors que tout wabāʾ n’est pas un ṭāʿūn”. Il semble bien que la distinction se soit conservée dans les premiers siècles de l’hégire, mais il n’est cependant p…

Wabār

(1,439 words)

Author(s): Tkatsch, J. | P. M. Costa
, dans la légende arabe désigne une région et une tribu situées dans le Sud de la péninsule Arabique. Al-Bakrī, Muʿd̲j̲am, éd. Wüstenfeld 835, et Yāḳūt, Buldān, éd. Wüstenfeld, IV, 896, donnent le nom sous une forme faʿāl, indéclinable. 1. Dans la légende et l’histoire arabes. Les Wabār étaient mentionnés par les historiens au côté des ʿĀd, T̲h̲amūd, Ṭasm [ q.vv.], Ḏj̲adīs et autres peuples disparus ( al-ʿArab al-bāʾida), comptés par quelques généalogistes au nombre des “Arabes authentiques, originaux” ( al-ʿArab al-ʿarbāʾ ou al-ʿāriba); al-Hamdanī et al-Ṭabarī, I, 221, ainsi …

Wadāī

(3,177 words)

Author(s): Spaulding, J. L. | H. Bell
(plusieurs orthographes pour ce nom, non arabe, notamment chez al-Tūnisī, celle donnée cidessus ainsi que Waddāī et al-Wāday), habituellement Ouadai en français, Wadai en anglais, région de plateau qui s’étend à l’Ouest de la province soudanaise du Dār Fūr [ q.v.] méridional, aujourd’hui faisant partie principalement de la République du Tchad [voir čad, dans Suppl.] mais avec sa bordure orientale dans la République du Soudan. 1. Histoire. Le Wadāi fut l’un des divers royaumes africains musulmans qui apparurent à l’aube des temps modernes sur les plateaux relati…

Wadaʿ, Wadʿ

(3,885 words)

Author(s): Hunwick, J.O. | Anne ReGourd
(a., noms collectifs, sg. wadaʿa ou wadʿa), coquilles des gastéropodes Cypraea, coquilles ¶ de eau ris, le plus souvent Cypraea moneta ou Cypraea annulus, employées comme monnaie en Inde et très largement en Afrique de l’Ouest jusqu’au XXe siècle. On les connaissait également en Égypte sous le nom de kawda (ou kūda, voir G. Wiet, Le traité des famines de Maqrizi, dans JESHO, V [1962], 62), reflétant l’origine du mot en hindi, et au-delà en sanskrit, kauri, d’où l’anglais «cowrie», et le français «cauri». Les cauris étaient aussi utilisés comme monnaie dans la Chine anci…

Waʾd al-Banāt

(281 words)

Author(s): F. Leemhuis
(a.), «le fait d’enterrer vives les filles à leur naissance » se réfère à une pratique préislamique, acte fortement condamné dans Ḳurʾān LXXXI/8-9, (« on demandera au sujet de la fillette enterrée vive mawʾūda: pour quel péché a-t-elle été tuée? ») mais d’après le tafsīr s’y rapportent également Ḳurʾān LX/12 (« les croyantes … ni ne tueront leurs enfants … »), XVI/58-9 (« car quand on annonce à l’un d’eux une fille … l’enfouira-t-il dans la poussière? ») — voir également XLIII/17—, ainsi que VI/151 et XVII/31 (« … et ne tuez pas vos enfants pour une pénurie de vivres … »). D’après le ḥadīt̲h̲ égal…

Wadd

(1,434 words)

Author(s): Robin, Ch.
, divinité de l’Arabie préislamique, mentionnée par le Ḳurʾān dans un discours de Noé: “«Ils ont dit: «N’abandonnez jamais vos divinités: n’abandonnez ni Wadd, ni Suwāʿ ni Yag̲h̲ūt̲h̲, Yaʿūḳ et Naṣr»” (LXXI, 22/23). Les traditionnistes et les commentaleurs se sont ingéniés à retrouver la trace de Wadd, mais leur quête n’a pas été très fructueuse. Ibn al-Kalbī (mort en 204/819 ou en 206/821), dans son Livre des idoles (Kitāb al-aṣnām, § 7c, 9d, 45e, 49c-51b) considère que Wadd était une divinité de la tribu de Kalb à Dūmat al-Ḏj̲andal [ q.v.], la grande oasis de l’Arabie du Nord-ouest…

al-Waḍḍāḥ

(6 words)

[Voir Ḏj̲adhīma al-Abras̲h̲ ].

Waḍḍāḥ

(1,433 words)

Author(s): Arazi, A.
al-Yaman est le surnom du poète umayyade mineur de l’école ḥid̲j̲āzienne ʿAbd al-Raḥman b. Kulāl (vocalisé aussi Kalāl) al-Ḵh̲awlānī. La signification de ce surnom, l’homme éclatant de beauté, semble être à l’origine de la tradition selon laquelle al-Muḳannaʿ al-Kindī, Abū Zabīd al-Ṭāʾī et Waḍḍāḥ avaient l’habitude de se voiler le visage afin de se protéger du mauvais œil et de l’ardeur des femmes ( al-Ag̲h̲ānī, VI, 211; Mug̲h̲ulṭāy, 108). Son appartenance yamanite n’est pas évidente: les deux notices les plus anciennes qui lui sont consacrées, celle de K. al-mug̲h̲tālīn (273) et c…

Wādī

(1,204 words)

Author(s): Brice, W.C. | Callot, Y. | Pinilla-Melguizo, R.
, (a.) pis. awdiya, awdāʾ, etc., dans le dialecte syrien widyān (voir A. Barthélémy, Dictionnaire arabefiançais. Dialectes de Syrie, Paris 1935-54, 889), dans les pays arabes en général, vallée d’une rivière. En français, on écrit souvent un oued, des oueds. 1. Dans la Péninsule Arabique. En terrain désertique, un wādī est à sec en général, mais il peut drainer des eaux de pluies saisonnières ou des crues occasionnelles qui forment souvent un mélange d’eau, de boue et de cailloux. Dans le désert, ces vallées sont très différentes par leur …

Wadīʿa

(1,521 words)

Author(s): Dien, Mawil Y. Izzi
(a.), nom de la racine wadaʿa qui peut avoir, à la fois, les sens opposés ou aḍdād [ q.v.] de mettre un objet en dépôt chez quelqu’un ou de recevoir un objet en dépôt de quelqu’un. C’est aussi la désignation donnée à un contrat légal qui réglemente la remise d’un objet à quelqu’un d’autre, qu’il soit réel ou supposé. Au sens strict, īdāʿ est l’acte en soi, tandis que le verbe wadaʿa à la 1ère forme se réfère en fait à la relation, puisque wadīʿa est concrètement le nom de l’objet du contrat ( maḥall al-ʿaḳd). Le déposant ( mūdiʾ) est donc une personne qui laisse un objet ou un bien en dépôt à un mūdaʾ. Bien …

Wādī l-ʿAḳīḳ

(6 words)

[Voir al-ʿAḳīḳ ].

Wādī Ās̲h̲

(772 words)

Author(s): C. Alvarez de Morales et R. Pinilla-Melguizo
, Guadix, ville d’al-Andalus, qui appartient actuellement à la province de Grenade ( G̲h̲arnāṭa [ q.v.]), à soixante kilomètres au nord-ouest de cette capitale de province. Elle est chef-lieu de « partido judicial » et siège épiscopal du diocèse de Guadix-Baza. Sa population est d’environ 20 000 habitants; ¶ tants; alors qu’elle pouvait en avoir quelque 10 000 à l’époque musulmane. Elle doit son nom à un toponyme préislamique, peut-être ibère, Acci, transcrit Ās̲h̲ par les Arabes. On lui préfixa ensuite Wādī [ q.v.], ce qui détermina la dénomination ultérieure Wādī Ās̲h̲, appliquée au…

al-Wādī Ās̲h̲ī

(307 words)

Author(s): Fierro, Maribel
, S̲h̲ams al-dīn Muḥammad b. Ḏj̲ābir al-Ḳaysī al-Andalusī al-Tūnisī (673-749/1274-1348), l’auteur nord-africain du Barnāmad̲j̲. Il ne doit pa.s être confondu avec son contemporain un peu plus jeune, le poète et grammairien aveugle d’Almeria, Muḥammad b. Aḥmad b. Ḏj̲ābir al-Hawwarī. Al-Wādī Ās̲h̲ī naquit à Tūnis où il mourut durant la peste. Il voyagea en Orient à deux reprises et visita également l’Andalus, combinant activités commerciales et études. Il comptait Ibn al-G̲h̲ammāz, Ibn ʿAbd al-Rafīʿ, Badr al-dīn ibn Ḏj̲amāʿa, al-G̲h̲ub…

Wādī l-Dawāsir

(6 words)

[Voir al-Dawāsir ].

Wādī Ḥalfā

(424 words)

Author(s): C. E. Bosworth
, ou simplement Ḥalfā, une ville dans le Soudan nilotique septentrional (21° 46’ N., 31° 17’ E.), centre du District de Ḥalfā dans l’actuelle République du Soudan, à proximité immédiate de la frontière Sud de l’Égypte. Elle était précédemment située sur le Nil, à 10 km au Nord de la Deuxième Cataracte; le Chemin de Fer du Soudan, venant de la capitale Ḵh̲arṭūm, y avait son terminus Nord; avant 1964 un service de voyageurs par navire à vapeur ¶ descendait le Nil jusqu’à al-S̲h̲allāl, rejoignant le réseau égyptien de chemin de fer. La ville joua un petit rôle actif dans le …

Wādī l-Ḥamḍ

(337 words)

Author(s): Mandaville, J.
, Wādī l-Iḍam des géographes arabes classiques, cours d’eau saisonnier dans le Nord-ouest de l’Arabie qui se jette dans la mer Rouge à 50 km. au Sud d’al-Wad̲j̲h. Le Wādī l-Ḥamḍ est l’une des principales particularités physiographiques de l’Arabie occidentale; ce cours d’eau et ses affluents drainent les eaux d’un bassin de 455 km. de long situé entre la chaîne de montagnes d’al-Ḥid̲j̲āz et le plateau oriental recouvert de ¶ ḥarras. Le Wādī l-Ḏj̲izl, affluent principal du réseau dans le Nord, draine les pentes Sud et Ouest de la Ḥarrat al-Raḥāh et de la Ḥarrat al-…

Wādī Ḥanīfa

(322 words)

Author(s): al-Rashid, S.A.
, une vallée du Nad̲j̲d [ q.v.], à présent en Arabie Saʿūdite, dénommée d’après la tribu Ḥanīfa [voir Ḥanīfa b. Lud̲j̲aym] qui, à l’époque préislamique et dans les premiers temps de l’Islam, occupait la région. Le wādī coule du Nord-ouest vers le Sud-est, à l’Est des massifs du centre du Nad̲j̲d, prenant sa source sur le sommet du Ḏj̲abal al-Ṭuwayḳ [voir al-Ṭuwayḳ] et continuant en direction de l’Ouest de l’actuelle Riyāḍ. Le wādī fait environ 150 km. de long sur une largeur de 300 à 600 m. et coupe à travers diverses trouées les crêtes de la région. Après avoir atteint la région d’al-Ḵh̲ard̲j̲ [ q…

Wādī l-Ḥid̲j̲āra

(2,091 words)

Author(s): Puente, Cristina de la
, en espagnol Guadalajara. C’est aujourd’hui la capitale d’une province homonyme située au nord-est de Madrid. Bien qu’il soit difficile de définir avec une absolue précision les limites de cette région durant le Moyen Age, on peut dire que son territoire correspond aux zones comprises entre le fleuve Tage, à l’est, et la rivière Jarama qui traverse la Sierra du Guadarrama, à l’ouest. Le principal axe de communicaùon de la région est la vallée du Henares qui fait référence au toponyme arabe de Wādī l-Ḥid̲j̲āra (« rivière ou vallée des pierres »). La ville de Guadalajara se situ…

(al-)Wādī l-Kabīr

(677 words)

Author(s): Pinilla-Melguizo, R.
, Guadalquivir, nom donné par les Arabes au fleuve anciennement nommé Betis, en Espagne méridionale. Il a subsisté dans la toponymie espagnole sous la forme dialectale arabo-hispanique Wād al-Kibīr. D’après les sources arabes, il était également nommé al-Nahr al-Akbar ou al-A’ẓam (le fleuve le plus grand), Nahr Ḳurṭuba (le fleuve de Cordoue) ou, plus rarement, Nahr Bīṭī ou Bīṭa (le fleuve de Betis). En poésie, il est parfois dénommé Nahr Ḥimṣ (le fleuve de Ḥimṣ/Emèse) c’est à dire ici le fleuve …

Wādī l-K̲h̲aznadār

(602 words)

Author(s): Amitai, R.
, site d’une bataille en 699/1299 entre les Mamlūks et les Mongols īl-k̲h̲ānides [ q.vv.] dans la plaine située au Nord de Ḥimṣ. Ce site, appelé également Mad̲j̲maʿ al-Murūd̲j̲, n’a pas été localisé avec exactitude. C’est l’unique occasion où les Mongols furent victorieux contre les Mamlūks dans une grande bataille sur le terrain. Irrité par une incursion récente des Mamlūks à Mārdin, et par leur ingérence en Anatolie contrôlée par les Mongols, poussé aussi par des transfuges mamlūks vivant à sa cour, l’Īl-k̲h̲ān G̲h̲āzān [ q.v.] battit le rappel de quelques 13 tūmāns [ q.v.], mais seule…
▲   Back to top   ▲