Search

Your search for 'dc_creator:( "Babinger, Fr." ) OR dc_contributor:( "Babinger, Fr." )' returned 119 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

Ḳasṭallānī

(282 words)

Author(s): Babinger, Fr.
(Kesteli, Kestelli), Muṣliḥ al-dīn Muṣṭafā, théologien et juriste ḥanafite ottoman (m. 901/1495-6). Il naquit dans un village proche de Bursa, Kestel (latin Castellum), où il construisit une mosquée au cours de sa carrière, et c’est de ce village que vient sa nisba de Kestel(l)ī, ou, plus pompeusement, Ḳasṭallānī. Il fit ses études à Bursa sous la direction du célèbre savant Ḵh̲iḍr Beg [ q.v.], müdarris à la madrasa du sultan; après avoir achevé sa formation juridique et théologique, il devint lui-même professeur à Mudurnu, à la madrasa Urud̲j̲ Pas̲h̲a de Dimetoka (Demotica) puis…

Baliabadra

(1,668 words)

Author(s): Babinger, Fr.
, (nom turc de Pátrai, Patras), quatrième grande ville de la Grèce continentale, et la plus grande de la péninsule de Morée, située sur le golfe du même nom, à l’Ouest de l’entrée du golfe de Corinthe (turc: Kordos [ q.v.]), capitale du nome d’Achaïe, siège d’un évêché. Elle avait environ 85 000 habitants en 1951. Le nom Baliabadra vient de παλαιαὶ Πάτραι ou plutôt παλαιἀ Πάτρα (Patra est même de nos jours le nom de la ville dans la conversation), c’est-à-dire le Vieux Pátra(i), apparemment parce que depuis le XIVe siècle, le Nouveau Pátra(i) désignait la forteresse sous la protectio…

Niyāzī

(871 words)

Author(s): Babinger, Fr.
, poète et mystique ottoman. S̲h̲ams al-dīn Meḥmed, connu sous les noms de Miṣrī Efendi, S̲h̲ayk̲h̲ Miṣrī, et le mak̲h̲laṣ Niyāzī, est originaire d’Aspūzī, l’ancienne résidence d’été de Malaṭya (cf. Ewliyā Čelebi, IV, 15; voir Moltke, Reisebriefe, 349), où son père était un derviche naḳs̲h̲bandī. Il naquit en 1027/1617-18. L’indication qu’on trouve çà et là, d’après laquelle il serait né à Sog̲h̲anli̊, n’est pas exacte. Son père lui enseigna la doctrine de sa confrérie; il se rendit ensuite à Diyārbekr en 1048/1638, plus tard, à Mārdīn, où il étudia trois ans…

Ramaḍān Og̲h̲ullari̊

(709 words)

Author(s): Babinger, Fr.
, famille de petits princes anatoliens. L’histoire la plus ancienne des Ramaḍān-Og̲h̲ullari̊ est, comme celle de la plupart des petits begs ( mülūk-i tewāʾif) environnée d’obscurité. D’après la tradition, cette famille de Türkmènes vint à l’époque d’Ertog̲h̲rul de l’Asie Centrale en Anatolie et elle s’y fixa dans la région d’Adana où elle fonda son pouvoir. Son domaine comprenait les districts d’Adana, Sīs, Ayās, une partie du domaine des ¶ Türkmènes de Warsaḳ, Tarsūs, etc. On place dans les années 780-819/1379-1416 le règne du plus ancien prince connu de cette d…

Naṣūḥ Pas̲h̲a

(872 words)

Author(s): Babinger, Fr.
(m. 1023/1614), grand-vizir ottoman d’origine chrétienne, né d’après les uns à Gümüld̲j̲ine [ q.v. au Suppl.] (aujourd’hui Komotim, en Thrace, Grèce), d’après les autres à Drama. Selon certaines sources (p. ex. Baudier et Grimestone, dans Knolles), il était le fils d’un prêtre grec; d’après d’autres (Naʿīmā, Taʾrīk̲h̲, 283) il était arnaʾud d̲j̲insi̊, c’est-à-dire d’origine albanaise. Il vint assez tôt à Istanbul, passa deux ans dans le Vieux Serāy comme teberdār (hallebardier) et le quitta comme čaws̲h̲. Grâce à la faveur de son ami intime, Meḥmed Ag̲h̲a, il parvint r…

Piyāle Pas̲h̲a

(916 words)

Author(s): Babinger, Fr.
, grand-amiral ottoman, originaire, d’après St. Gerlach ( Tage-Buch Francfort-surle-Main 1674, 448), de Tolna (Hongrie); il aurait été le fils d’un cordonnier d’origine vraisemblablement croate. Presque tous les récits contemporains confirment cette origine (cf. la troisième série des Relazioni degli ambasciatori Veneti al Senato, publ. par E. Albèri, Florence 1844-5 et en particulier III/2, 243, 357, III/3, 294, 418). Conformément aux habitudes de l’époque, on fit après coup, de son père, un Musulman en lui donnant le nom de ʿAbd al-Raḥmān (cf. F. Babinger, dans Litteraturdenkm…

Newʿī

(580 words)

Author(s): Babinger, Fr.
, YaḥYā b. Pīr ʿAlī b. Naṣūḥ, théologien et poète ottoman qui écrivait sous le pseudonyme ( mak̲h̲laṣ) de Newʿī, naquit à Malghara [voir Malḳara] (Roumélie) en 940/1533. Il était le fils du s̲h̲ayk̲h̲ Pīr ʿAlī. Jusqu’à l’âge de 10 ans il reçut l’enseignement que lui donna son père, un homme très lettré, puis il fut l’élève de Ḳaramānī-zāde Meḥmed Efendi, avec le poète Bāḳi [ q.v.] et Saʿd al-dīn, le célèbre historien [ q.v.]. Une étroite amitié le lia au premier de ces deux hommes. Il entra dans le corps des ʿulemāʾ, fut nommé en 973/1565 müderris à Gallipoli, puis investi de différentes fo…

Aḳ Ḥiṣār

(536 words)

Author(s): Süssheim, K. | Babinger, Fr.
(turc: «château blanc»), nom de plusieurs villes. I. La plus connue est Aḳ Ḥiṣār, en Anatolie occidentale; dépendant autrefois du wilāyet ¶ d’Aydiʾn et, depuis 1921, de celui de Manisa, elle est située dans une plaine, à proximité de la rive gauche du Gördük (un sous-affluent du Gediz), à une altitude de 115 m. Connue dans l’antiquité et à l’époque byzantine sous le nom de Thyatira (voir Pauly-Wissowa, s.v.), elle doit son nom turc à la forteresse bâtie sur une colline voisine. Annexée par les Ottomans en 784/1382, elle fut reperdue durant les désordres qui suiv…

Rusčuk

(1,917 words)

Author(s): Babinger, Fr. | Lory, B.
, préfecture et port surle Danube en ¶ Bulgarie (appelé et écrit souvent par erreur Ruščuk), officiellement en bulgare Ruse Pyce; Roussé) est situé au confluent du Rusenski Lom (en türk Ḳara Lom) avec le Danube, qui atteint alors une largeur de 1300 m, en face du port roumain de Giurgiu (en türk Yer Köki̊); la ville s’étage sur des terrasses de loess, hors d’atteinte des crues. Premier port danubien et quatrième ville de Bulgarie, c’est un nœud ferroviaire et routier (pont de l’Amitié, construit en 1954), ainsi qu’un centre industriel et culturel de 200 000 habitants. Après le déclin de la …

ʿÖmer Efendi

(371 words)

Author(s): Babinger, Fr.
, historien ottoman qui ¶ d’après la tradition populaire se serait d’abord appelé Elkazović ou Čaušević, et était originaire de Bosna-Novi (Bosanski Novi). De sa vie, on sait seulement qu’il exerçait les fonctions de ḳāḍī dans son pays natal lorsque se déroulèrent sur le sol bosniaque de violents combats entre les Impériaux et les troupes de Ḥekīm-Og̲h̲lu ʿAlī Pas̲h̲a (1150/1737). ʿÖmer Efendi écrivit alors, dans une langue simple et aisée, un récit vivant, extrêmement intéressant au point de vue de l’histoire sociale, des événe…

Dimetoḳa

(970 words)

Author(s): Babinger, Fr.
(également Dimotiḳa), ville de l’ancienne Roumélie ottomane, en Thrace occidentale, dans une vallée latérale de la Maritsa; elle joua parfois un rôle important dans l’histoire ottomane. Son territoire, qui a repris son nom pré-ottoman de Didymóteik̲h̲on, appartient à la Grèce depuis le traité de Neuilly (27 nov. 1919) et fait partie du district administratif d’Ebros (Nomos); la ville compte une population d’environ 10 000 âmes et est le siège d’un évêché de l’Église grecque ainsi que d’un éparqu…

ʿOt̲h̲mānd̲j̲i̊ḳ

(744 words)

Author(s): Babinger, Fr.
, turc moderne Osmancik, centre administratifd’un ilçe ou district du même nom dans l’ il ou province de Çorum [voir Çorum] dans le Nord de l’Anatolie, correspondant à la partie méridionale de la Paphlagonie classique. La ville est située sur le Halys ou Ḳi̊zi̊l İrmaḳ [ q.v.] à un important croisement du fleuve et de la route Tosya-Merzifun (lat. 40°58΄ N, long. 34° 50΄ E.; ait. 430 m). Elle occupe une situation pittoresque au pied d’une hauteur volcanique couronnée d’un château qui commandait autrefois le célèbre pont que Bāyazīd Ier passe pour avoir construit. La localité est prob…

Pādis̲h̲āh

(632 words)

Author(s): Babinger, Fr. | Bosworth, C.E.
(P.), appellation de princes musulmans en particulier des empereurs. Le mot persan pād- i s̲h̲āh, c.-à-d. (d’après M. Bittner, dans E. Oberhummer, Die Türken und das Osmanische Reich, Leipzig 1917, 105), «seigneur qui (est) un royal» dans lequel pad se rattache par sa racine au skr. patis «seigneur, époux», fémin. patni, gr. πότνια et δеσπότŋΣ, lat. potens (G. Curtius, Griech. Etymol., 377) était originairement un titre réservé exclusivement au souverain, qui fut ensuite, au cours des temps et à la suite des longs rapports entre les Ottomans et les États…

Nīksār

(605 words)

Author(s): Babinger, Fr.
, classique Néo-Caesarea, en Bythinie, ville située sur la bordure méridionale de la chaîne Pontique d’Asie Mineure (en turc moderne Kuzey Anadolu Dağlan), sur la rive droite du Kelkit. Elle est à une altitude de 350 m, à 40°35′ de lat. N., et 36°59′ de long. E. Le noyau de la ville est pittoresquement situé au pied d’une colline couronnée par les ruines d’un château fort du Moyen-Âge qui fut édifié avec les débris de nombreuses constructions de l’Antiquité, Il y avait là dans l’Antiquité la plus reculée Cabira et, après sa destruction, Dios…

Aḥmad Rasmī

(480 words)

Author(s): Babinger, Fr.
, homme d’état et historien ottoman. Aḥmed b. Ibrāhīm, connu sous le nom de Resmī, était originaire de Rethymno (en turc Resmo; d’où son appellatif?) en Crète, et était d’ascendance grecque (cf. Hammer-Purgstall, VIII, 202). Né en 1112/1700, il vint, en 1146/1733, à Istanbul, où il reçut son éducation, se maria avec une fille du Reʾīs Efendi Taʾuḳd̲j̲i Muṣṭafā et entra au service de la Porte. Il remplit plusieurs charges dans différentes villes (cf. Sid̲j̲ill-i ʿ Ot̲h̲mānī, II, 380 sq.). En şafar 1171/oct. 1757, il alla à Vienne comme délégué ottoman et, à son retour, rédigea ¶ un rapport …

Sinān Pas̲h̲a, K̲h̲od̲j̲a

(1,885 words)

Author(s): Woodhead, Christine | Babinger, Fr. | Dávid, G.
, nom de deux dignitaires ottomans. 1. Le vizir, savant et prosateur, (845-91/ 1440-86). Sinān al-dīn Yūsuf Pas̲h̲a naquit probablement en 845/1440 à Bursa de Ḵh̲iḍr Beg b. Ḳāḍī Ḏj̲elāl al-dīn (m. 863/1459 [ q.v.]), premier ḳāḍī ottoman d’Istanbul. Par sa mère, fille de Mollā Yegān (m. 878/1473), il descendait aussi d’une autre famille de ʿulemāʾ qui se distingua au cours de la période ottomane des débuts. Après avoir servi comme müderris à Edirne, il fut désigné par Meḥemmed II à un poste d’enseignement dans le ṣaḥn-i t̲h̲emāniye [ q.v.] d’Istanbul, fonction jumelée avec celle de k̲h̲od̲j…

ʿAbdī Pas̲h̲a

(273 words)

Author(s): Babinger, Fr.
, historien ottoman. ʿAbd al-Raḥmān ʿAbdī Pas̲h̲a était originaire d’Anadolu Hiṣâri sur le Bosphore; il fut élevé au Sérāy, et parvint finalement au poste de secrétaire particulier ( sirr kʿâtibi). En muḥarram 1080/juin 1669, il fut appelé à l’office de nis̲h̲ānd̲j̲i avec le rang de vizir, et plus tard fut nommé ḳâʾim-maḳâm de la capitale (1089/1678). En avril 1679, il devint gouverneur de Bosnie, et de nouveau nis̲h̲ānd̲j̲i l’année suivante; en mars 1681, il est «vizir de la coupole» et en août 1684 gouverneur de Baṣra (cf. Hammer-Purgstall, VI, 379). Destitué…

Pečewi

(702 words)

Author(s): Babinger, Fr. | Woodhead, Christine
, Ibrāhīm (982-vers 1060/15 74-vers 1649-50), historien ottoman né à Pécs [ q.v.] en Hongrie du Sud-ouest, d’où son nom de Pečewī (ou alternativement de Pečuylu), du croate Sa famille avait une longue tradition de service militaire chez les Ottomans. Son arrière-grand-père Ḳara Dāwūd ainsi que son grand-père Ḏj̲aʿfar Beg servaient comme alay begi en Bosnie; son père (dont le nom est inconnu) prit part à des campagnes en Bosnie et en ʿIrāḳ dans les années 1530 (Pečewī, Taʾrīk̲h̲, I, 87, 102-6, 436-7; II, 433). La mère de Pečewī faisait partie de la famille Ṣoḳollu [ q. v.]. A quatorze ans, a…

Nis̲h̲ānd̲j̲i̊

(396 words)

Author(s): Babinger, Fr.
, secrétaire d’État chargé de la ṭug̲h̲ra [ q.v.] du sultan ottoman chancelier. Déjà les Sald̲j̲ūḳides et les Mamlūks avaient des fonctionnaires spéciaux pour l’apposition de ce qu’on appelait la ṭug̲h̲ra, c’est-à-dire du seing du sultan. Comme l’organisation de leur chancellerie passa aux Ottomans presque dans tous ses détails, il en résulte qu’ils conservèrent également cet emploi. On en nommait ¶ le détenteur nis̲h̲ānd̲j̲i̊; il avait un rang égal à celui des dejterdārs [ q.v.], il avait même le pas sur eux, car des dejterdārs furent bien nommés aux fonctions de nis̲h̲ānd̲j̲i̊, mais…

Ḳoyun Baba

(224 words)

Author(s): Babinger, Fr.
, «père du mouton», saint ottoman considéré comme contemporain de Ḥād̲j̲d̲j̲ī Bektas̲h̲ [ q.v.]. Il tiendrait son surnom du fait qu’il ne parlait pas, mais cinq fois par jour, à l’heure des prières, bêlait comme un mouton. Le sultan Bāyezīd II fit élever, sur ce qu’on dit être sa tombe à ʿOt̲h̲mānd̲j̲i̊ḳ (non loin d’Amasia, en Anatolie), un splendide tombeau en même temps qu’un couvent de derviches qui était un des plus beaux et des plus riches de l’empire ottoman. Ewliyā Čelebi, dans son récit de voyage ( Siyāḥetnāme, II, 180 sqq.), décrit en détail cette grandiose colonie de Bekt…
▲   Back to top   ▲