Search

Your search for 'dc_creator:( "Babinger, Fr." ) OR dc_contributor:( "Babinger, Fr." )' returned 119 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

Atīna

(986 words)

Author(s): Babinger, Fr.
, Athènes, actuelle capitale de la Grèce. L’histoire d’Athènes à l’époque préislamique est connue dans ses moindres détails, et il n’en sera pas question ici. Le premier contact immédiat — et hostile — que la ville eut avec les Musulmans se place en 283/896, lorsque des pirates sarrasins occupèrent temporairement la ville (cf. D. G. Kambourouglos, ‘H ἅλωσιΣ’ Aθηνων, ύπò των Σαρακηνων, Athènes 1934). On fait remonter à cet événement certains vestiges arabes et une certaine influence esthétique qu’on trouve en terre athénienne (cf. G. Soteriou, Arabie remains in Athens in Byzantine…

Ramaḍān-zāde

(317 words)

Author(s): Babinger, Fr.
Meḥmed Čelebi Pas̲h̲a Yes̲h̲ild̲j̲e, historien ottoman, originaire de Merzifūn [ q.v.] et fils d’un certain Ramaḍān Čelebi. Investi des fonctions de secrétaire du dīwān, il fut nommé en 960/1553 defterdār en chef, en 961/1554, reʾīs ül-küttāb (secrétaire d’Etat) et en 965/1558, secrétaire chargé du chiffre ( ṭug̲h̲ra [ q.v.]) du sultan. Il fut ensuite promu defterdār d’Alep, puis gouverneur d’Egypte et finalement envoyé en Morée pour établir le cadastre ( taḥrīr) du pays. En 970/1562, il prit sa retraite et il mourut en d̲j̲umādā I 979/septembre-octobre 1571. Pour…

Ḳoyun Baba

(224 words)

Author(s): Babinger, Fr.
, «père du mouton», saint ottoman considéré comme contemporain de Ḥād̲j̲d̲j̲ī Bektas̲h̲ [ q.v.]. Il tiendrait son surnom du fait qu’il ne parlait pas, mais cinq fois par jour, à l’heure des prières, bêlait comme un mouton. Le sultan Bāyezīd II fit élever, sur ce qu’on dit être sa tombe à ʿOt̲h̲mānd̲j̲i̊ḳ (non loin d’Amasia, en Anatolie), un splendide tombeau en même temps qu’un couvent de derviches qui était un des plus beaux et des plus riches de l’empire ottoman. Ewliyā Čelebi, dans son récit de voyage ( Siyāḥetnāme, II, 180 sqq.), décrit en détail cette grandiose colonie de Bekt…

Mihr-i Māh Sulṭān

(475 words)

Author(s): Babinger, Fr.
(parfois écrit Mihr-ü-māh; cf. Ḳaračelebi-zāde, Rawḍat ul-ebrār, 458), fille unique du sultan ottoman Sulaymān (Soliman le Magnifique) [ q.v.; voir aussi F. Babinger, dans Meister der Politik, II2, Berlin 1923, 39-63]. Encore enfant, elle fut, au début de rad̲j̲ab 946/décembre 1539 (cf. J. H. Mordtmann, dans MSOS, XXXII/2, 37), mariée au grand-vizir Rüstem-Pas̲h̲a (cf. F. Babinger, GOW, 81-2); mais ce mariage ne semble pas avoir été très heureux. Elle consacra son énorme fortune — St. Gerlach évalue en 984/1576 son revenu quotidien à 2000 ducats au moins (cf. Tagebuch, Francfort 16…

Nedīm

(555 words)

Author(s): Babinger, Fr.
, Aḥmad, poète ottoman. Né à Istanbul, il était le fils dʾun certain juge nommé Meḥmed Bey originaire de Merzifūn. Son grand-père était (dʾaprès Gibb, HOP, IV, 30) un ḳāḍī-ʿaske du nom de Muṣtafā. Aḥmed RefīḲ, cite comme étant son arrière grand-père le Ḳara-Čelebi-zāde [ q.v.] Maḥmūd Efendi, qui avait été lui aussi ḳāḍī-ʿasker. Le tableau généalogique dressé par Aḥmed RefīḲ est toutefois erroné, parce qu’il confond Ḳaramānī Meḥmed Pas̲h̲a [ q.v.] avec Rūm Meḥmed Pas̲h̲a. Il y a ainsi une véritable confusion dans le fait de tirer de d̲j̲alāl al-dīn l’origine d’Aḥmed…

Pertew Pas̲h̲a

(662 words)

Author(s): Babinger, Fr.
, nom de deux hommes d’Etat ottomans. I. Pertew Meḥmed Pas̲h̲a, amiral et vizir. Provenant du service du harem impérial, il fut promu ḳapud̲j̲i bas̲h̲i [voir Ḳapi̊d̲j̲i̊], puis ag̲h̲a des Janissaires en 962/1555. En 968/1561, il devint troisième vizir, en 982/1574 second vizir et finalement, sous le ḳapudan pas̲h̲a [ q.v.] Muʾed̲h̲d̲h̲in-zāde ʿAlī Pas̲h̲a, commandant ( serdār) de la flotte impériale. Il avait participé à la bataille de Lépante [voir Aynabak̲h̲ti̊]. Il tomba plus tard en disgrâce et mourut en 982/1574 à Istanbul, où il repose dans une türbe personnelle au cimetière …

Nūḥ b. Muṣṭafā

(249 words)

Author(s): Babinger, Fr.
, théologien et traducteur ottoman. Originaire d’Anatolie, il vint se fixer très jeune au Caire, où il s’instruisit dans toutes les branches de la théologie et acquit une très grande réputation. Il y mourut en 1070/1659. Il a écrit toute une série de traités de théologie, dont Brockelmann, GAL, II2, 407-8, S II, 432, cite une partie. Son ouvrage le plus important est toutefois sa traduction libre et son adaptation, entreprise à l’instigation d’un notable Cairote nommé Yūsuf Efendi, du célèbre ouvrage d’al-S̲h̲ahrastānī sur les sectes, Terd̲j̲eme-iMilel we-Niḥal (cf. Brockelmann, I2,…

Newres

(462 words)

Author(s): Babinger, Fr.
, nom de deux poètes ottomans: — I. ʿAbd al-Razzāḳ, surnommé Newres, plus exactement Newres-i Ḳadīm, Newres l’Ancien, pour le distinguer de ʿOt̲h̲mān Newres [voir ci-dessous], est originaire de Kirkūk, et probablement d’origine kurde. Il semble toutefois être venu tôt à Istanbul, et s’y être consacré à l’étude. Il y fut d’abord müderris, mais entra en 1159/1746 dans la carrière judiciaire. D’après le Sid̲j̲ill-i ʿot̲h̲mānī, il aurait été investi des fonctions de juge à Sarajevo et à Kütahya. A cause de sa causticité, qui se manifesta surtout dans des chronogrammes rimes ( tawārīk̲h̲) m…

Nīlūfer K̲h̲ātūn

(374 words)

Author(s): Babinger, Fr.
, épouse du sultan ottoman Ork̲h̲an et mère de Murād Ier [ q.vv.]. Son nom, en grec, était vraisemblablement (cf. J. von Hammer, GOR, I, 59) Nénuphar, c’est-à-dire fleur de lotus. Fille du seigneur de Yārḥiṣār (Anatolie, non loin de Bursa; cf. Ḥād̲j̲d̲j̲ī Ḵh̲alīfa, Ḏj̲ihān-numā, 659) elle fut fiancée, d’après la légende, au seigneur de Belokoma (Biled̲j̲ik). ʿOt̲h̲mān [ q.v.], le fondateur de la dynastie à laquelle il donna son nom, aurait enlevé, en 699/1299, la jeune fille pour faire d’elle l’épouse de son fils Ork̲h̲an [ q.v.], alors âgé de douze ans. Idrīs Bitlīsī et, d’après …

Rāg̲h̲ib Pas̲h̲a

(584 words)

Author(s): Babinger, Fr.
, Ḵh̲od̲j̲a Meḥmed (1111-76/1699-1763), grand-vizir et homme de lettres ottoman qui naquit à Istanbul. Fils du kātib Meḥmed S̲h̲ewḳī. il fut très tôt employé dans la chancellerie en raison de ses talents remarquables, puis il entra au service des gouverneurs de Van, ʿĀrifī Aḥmed Pas̲h̲a et finalement Ḥekīm-zāde ʿAlī-Pas̲h̲a comme secrétaire et intendant suppléant. En 1141/1728, il revint à Istanbul, mais pour retourner l’année suivante à Bag̲h̲dād avec les fonctions de suppléant du reʾīs efendi. Aussitôt après la conquête de Bag̲h̲dād (1146/1733), il y obtint le poste de defterdār,…

Delvina

(760 words)

Author(s): Babinger, Fr.
, ancienne résidence d’un sand̲j̲aḳ-bey ottoman en Albanie; à l’époque ottomane, Delvina (turc et albanais; grec Δέλβινον) formait un sand̲j̲aḳ du gouvernorat de Roumélie. Elle est située à une altitude de 230 m., à environ 17 km. du rivage de la mer Ionienne; elle consiste en une seule rue marchande au milieu de plantations d’oliviers, de citronniers et de grenadiers et est dominée par les ruines d’une ancienne forteresse, peut-être byzantine. Les habitants, avant 1940, étaient au nombre de 3000 environ, dont les…

Nesīmī

(611 words)

Author(s): Babinger, Fr.
, Seyyid ʿImād al-dīn, nommé Nesīmī, ancien poète et mystique ottoman vraisemblablement originaire de Nesīm non loin de Bag̲h̲dād. Comme il n’existe plus à l’heure actuelle de localité de ce nom, on ne peut pas établir d’une manière certaine si le laḳab ne doit pas purement et simplement être dérivé de nasīm «zéphyr, souffle de vent». Il semble à peu près démontré que Nesīmī est d’origine Turkmène, bien que le «Seyyid» qui précède son nom indique également une ascendance arabe. Le turc lui était aussi familier que le persan, car il a écrit des v…

Kirmāstī

(439 words)

Author(s): Babinger, Fr.
, chef-lieu d’un ḳaḍāʾ d’Anatolie, à 22 km. au Sud-est de Mik̲h̲alid̲j̲ (cf. J. H. Mordtmann, dans ZDMG, LXV (1911), 101) et à 66 km. au Sud-ouest de Bursa, qui comptait, en 1960, 16 900 habitants. La ville est située sur les deux rives de l’Edrenos Čay (Rhyndacus), aujourd’hui appelé Mustafa Kemal Paṣa Çay. L’origine du nom de Kirmāstī, écrit souvent encore inexactement Kirmāsli̊, et qui laisse supposer un mot grec *Kερµαστὴ ou *Kρεµαστὴ, est incertaine; on ne sait pas non plus quelle cité antique se trouvait à…

Rusčuk

(1,917 words)

Author(s): Babinger, Fr. | Lory, B.
, préfecture et port surle Danube en ¶ Bulgarie (appelé et écrit souvent par erreur Ruščuk), officiellement en bulgare Ruse Pyce; Roussé) est situé au confluent du Rusenski Lom (en türk Ḳara Lom) avec le Danube, qui atteint alors une largeur de 1300 m, en face du port roumain de Giurgiu (en türk Yer Köki̊); la ville s’étage sur des terrasses de loess, hors d’atteinte des crues. Premier port danubien et quatrième ville de Bulgarie, c’est un nœud ferroviaire et routier (pont de l’Amitié, construit en 1954), ainsi qu’un centre industriel et culturel de 200 000 habitants. Après le déclin de la …

Og̲h̲ul

(301 words)

Author(s): Babinger, Fr. | Bosworth, C.E.
, terme commun à toutes les langues turques (voir Radloff, Versuch eines Wörterbuches der türk-Dialecte, St.-Pétersbourg 1888-1911, I/2, col. 1015-16) que l’on rencontre déjà dans le turc de l’Ork̲h̲on et signifiant «rejeton, enfant», mais plutôt «enfant mâle», par opposition à ḳi̊z «fille» [ q.v] (G. Clauson, An etymological dictionary of pre-thirieenth century Turkish, Oxford 1972, 83-4), pl. originel og̲h̲lan, encore ainsi en kās̲h̲g̲h̲arī ( Dīwān lug̲h̲āt al-Turk, éd. facs. Atalay, IV Dizini, 425-6; C. Brockelmann, Mitteltürkischer Wortschatz, Budapest 1928, 126). A pro…

Baliabadra

(1,668 words)

Author(s): Babinger, Fr.
, (nom turc de Pátrai, Patras), quatrième grande ville de la Grèce continentale, et la plus grande de la péninsule de Morée, située sur le golfe du même nom, à l’Ouest de l’entrée du golfe de Corinthe (turc: Kordos [ q.v.]), capitale du nome d’Achaïe, siège d’un évêché. Elle avait environ 85 000 habitants en 1951. Le nom Baliabadra vient de παλαιαὶ Πάτραι ou plutôt παλαιἀ Πάτρα (Patra est même de nos jours le nom de la ville dans la conversation), c’est-à-dire le Vieux Pátra(i), apparemment parce que depuis le XIVe siècle, le Nouveau Pátra(i) désignait la forteresse sous la protectio…

Niyāzī

(871 words)

Author(s): Babinger, Fr.
, poète et mystique ottoman. S̲h̲ams al-dīn Meḥmed, connu sous les noms de Miṣrī Efendi, S̲h̲ayk̲h̲ Miṣrī, et le mak̲h̲laṣ Niyāzī, est originaire d’Aspūzī, l’ancienne résidence d’été de Malaṭya (cf. Ewliyā Čelebi, IV, 15; voir Moltke, Reisebriefe, 349), où son père était un derviche naḳs̲h̲bandī. Il naquit en 1027/1617-18. L’indication qu’on trouve çà et là, d’après laquelle il serait né à Sog̲h̲anli̊, n’est pas exacte. Son père lui enseigna la doctrine de sa confrérie; il se rendit ensuite à Diyārbekr en 1048/1638, plus tard, à Mārdīn, où il étudia trois ans…

Ramaḍān Og̲h̲ullari̊

(709 words)

Author(s): Babinger, Fr.
, famille de petits princes anatoliens. L’histoire la plus ancienne des Ramaḍān-Og̲h̲ullari̊ est, comme celle de la plupart des petits begs ( mülūk-i tewāʾif) environnée d’obscurité. D’après la tradition, cette famille de Türkmènes vint à l’époque d’Ertog̲h̲rul de l’Asie Centrale en Anatolie et elle s’y fixa dans la région d’Adana où elle fonda son pouvoir. Son domaine comprenait les districts d’Adana, Sīs, Ayās, une partie du domaine des ¶ Türkmènes de Warsaḳ, Tarsūs, etc. On place dans les années 780-819/1379-1416 le règne du plus ancien prince connu de cette d…

Naṣūḥ Pas̲h̲a

(872 words)

Author(s): Babinger, Fr.
(m. 1023/1614), grand-vizir ottoman d’origine chrétienne, né d’après les uns à Gümüld̲j̲ine [ q.v. au Suppl.] (aujourd’hui Komotim, en Thrace, Grèce), d’après les autres à Drama. Selon certaines sources (p. ex. Baudier et Grimestone, dans Knolles), il était le fils d’un prêtre grec; d’après d’autres (Naʿīmā, Taʾrīk̲h̲, 283) il était arnaʾud d̲j̲insi̊, c’est-à-dire d’origine albanaise. Il vint assez tôt à Istanbul, passa deux ans dans le Vieux Serāy comme teberdār (hallebardier) et le quitta comme čaws̲h̲. Grâce à la faveur de son ami intime, Meḥmed Ag̲h̲a, il parvint r…

Piyāle Pas̲h̲a

(916 words)

Author(s): Babinger, Fr.
, grand-amiral ottoman, originaire, d’après St. Gerlach ( Tage-Buch Francfort-surle-Main 1674, 448), de Tolna (Hongrie); il aurait été le fils d’un cordonnier d’origine vraisemblablement croate. Presque tous les récits contemporains confirment cette origine (cf. la troisième série des Relazioni degli ambasciatori Veneti al Senato, publ. par E. Albèri, Florence 1844-5 et en particulier III/2, 243, 357, III/3, 294, 418). Conformément aux habitudes de l’époque, on fit après coup, de son père, un Musulman en lui donnant le nom de ʿAbd al-Raḥmān (cf. F. Babinger, dans Litteraturdenkm…
▲   Back to top   ▲