Search

Your search for 'dc_creator:( "Babinger, Fr." ) OR dc_contributor:( "Babinger, Fr." )' returned 119 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

Dimetoḳa

(970 words)

Author(s): Babinger, Fr.
(également Dimotiḳa), ville de l’ancienne Roumélie ottomane, en Thrace occidentale, dans une vallée latérale de la Maritsa; elle joua parfois un rôle important dans l’histoire ottomane. Son territoire, qui a repris son nom pré-ottoman de Didymóteik̲h̲on, appartient à la Grèce depuis le traité de Neuilly (27 nov. 1919) et fait partie du district administratif d’Ebros (Nomos); la ville compte une population d’environ 10 000 âmes et est le siège d’un évêché de l’Église grecque ainsi que d’un éparqu…

ʿOt̲h̲mānd̲j̲i̊ḳ

(744 words)

Author(s): Babinger, Fr.
, turc moderne Osmancik, centre administratifd’un ilçe ou district du même nom dans l’ il ou province de Çorum [voir Çorum] dans le Nord de l’Anatolie, correspondant à la partie méridionale de la Paphlagonie classique. La ville est située sur le Halys ou Ḳi̊zi̊l İrmaḳ [ q.v.] à un important croisement du fleuve et de la route Tosya-Merzifun (lat. 40°58΄ N, long. 34° 50΄ E.; ait. 430 m). Elle occupe une situation pittoresque au pied d’une hauteur volcanique couronnée d’un château qui commandait autrefois le célèbre pont que Bāyazīd Ier passe pour avoir construit. La localité est prob…

Nīksār

(605 words)

Author(s): Babinger, Fr.
, classique Néo-Caesarea, en Bythinie, ville située sur la bordure méridionale de la chaîne Pontique d’Asie Mineure (en turc moderne Kuzey Anadolu Dağlan), sur la rive droite du Kelkit. Elle est à une altitude de 350 m, à 40°35′ de lat. N., et 36°59′ de long. E. Le noyau de la ville est pittoresquement situé au pied d’une colline couronnée par les ruines d’un château fort du Moyen-Âge qui fut édifié avec les débris de nombreuses constructions de l’Antiquité, Il y avait là dans l’Antiquité la plus reculée Cabira et, après sa destruction, Dios…

Aḥmad Rasmī

(480 words)

Author(s): Babinger, Fr.
, homme d’état et historien ottoman. Aḥmed b. Ibrāhīm, connu sous le nom de Resmī, était originaire de Rethymno (en turc Resmo; d’où son appellatif?) en Crète, et était d’ascendance grecque (cf. Hammer-Purgstall, VIII, 202). Né en 1112/1700, il vint, en 1146/1733, à Istanbul, où il reçut son éducation, se maria avec une fille du Reʾīs Efendi Taʾuḳd̲j̲i Muṣṭafā et entra au service de la Porte. Il remplit plusieurs charges dans différentes villes (cf. Sid̲j̲ill-i ʿ Ot̲h̲mānī, II, 380 sq.). En şafar 1171/oct. 1757, il alla à Vienne comme délégué ottoman et, à son retour, rédigea ¶ un rapport …

ʿAbdī Pas̲h̲a

(273 words)

Author(s): Babinger, Fr.
, historien ottoman. ʿAbd al-Raḥmān ʿAbdī Pas̲h̲a était originaire d’Anadolu Hiṣâri sur le Bosphore; il fut élevé au Sérāy, et parvint finalement au poste de secrétaire particulier ( sirr kʿâtibi). En muḥarram 1080/juin 1669, il fut appelé à l’office de nis̲h̲ānd̲j̲i avec le rang de vizir, et plus tard fut nommé ḳâʾim-maḳâm de la capitale (1089/1678). En avril 1679, il devint gouverneur de Bosnie, et de nouveau nis̲h̲ānd̲j̲i l’année suivante; en mars 1681, il est «vizir de la coupole» et en août 1684 gouverneur de Baṣra (cf. Hammer-Purgstall, VI, 379). Destitué…

Nis̲h̲ānd̲j̲i̊

(396 words)

Author(s): Babinger, Fr.
, secrétaire d’État chargé de la ṭug̲h̲ra [ q.v.] du sultan ottoman chancelier. Déjà les Sald̲j̲ūḳides et les Mamlūks avaient des fonctionnaires spéciaux pour l’apposition de ce qu’on appelait la ṭug̲h̲ra, c’est-à-dire du seing du sultan. Comme l’organisation de leur chancellerie passa aux Ottomans presque dans tous ses détails, il en résulte qu’ils conservèrent également cet emploi. On en nommait ¶ le détenteur nis̲h̲ānd̲j̲i̊; il avait un rang égal à celui des dejterdārs [ q.v.], il avait même le pas sur eux, car des dejterdārs furent bien nommés aux fonctions de nis̲h̲ānd̲j̲i̊, mais…

Ḳoyun Baba

(224 words)

Author(s): Babinger, Fr.
, «père du mouton», saint ottoman considéré comme contemporain de Ḥād̲j̲d̲j̲ī Bektas̲h̲ [ q.v.]. Il tiendrait son surnom du fait qu’il ne parlait pas, mais cinq fois par jour, à l’heure des prières, bêlait comme un mouton. Le sultan Bāyezīd II fit élever, sur ce qu’on dit être sa tombe à ʿOt̲h̲mānd̲j̲i̊ḳ (non loin d’Amasia, en Anatolie), un splendide tombeau en même temps qu’un couvent de derviches qui était un des plus beaux et des plus riches de l’empire ottoman. Ewliyā Čelebi, dans son récit de voyage ( Siyāḥetnāme, II, 180 sqq.), décrit en détail cette grandiose colonie de Bekt…

K̲h̲osrew Mollā

(386 words)

Author(s): Babinger, Fr.
célèbre juriste ottoman, de son vrai nom Meḥmed b. Farāmurz b. ʿAlī. Selon certaines sources, il était d’origine turcomane (tribu des Warsaḳ) et natif du village de Ḳarg̲h̲in, à michemin entre Sīwās et Toḳat ; selon d’autres, il était d’origine «franque», fils d’un aristocrate «français» converti à l’Islam; Saʿd al-dīn affirme que son père descendait des Rūm. Il suivit les enseignements du célèbre disciple d’al-Taftazānī, Burhān al-dīn de Herāt (cf. Islam, XI, 61; Saʿd al-dīn, Tād̲j̲ al-tawārīk̲h̲, II, 430) et enseigna lui-même à la medrese de S̲h̲āh Malik à Andrinople. En 848/…

Aynabak̲h̲ti̊

(405 words)

Author(s): Babinger, Fr.
, nom turc de Lépante, ou Naupaktos, en Grèce, sur le golfe de Corinthe, dans un site pittoresque; mais elle n’est plus actuellement qu’une petite ville modeste, appelée Epaktos par le peuple et Lepanto par les Italiens. Elle est entourée de murs croulants qui datent de la domination vénitienne, et coiffée d’une citadelle. Au moyen âge, Aynabak̲h̲ti̊ était maîtresse du golfe de Corinthe; elle tomba aux mains des Vénitiens en 1407 (cf. Vitt. Lazzarini, L’acquisto di Lepanto, 1407, dans Nuovo Archivio Veneto, XV, Venise 1898, 267-83). En 1483, elle fut en vain assiégée par les…

Pīrī Meḥmed Pas̲h̲a

(456 words)

Author(s): Babinger, Fr.
(m. 939/1532-3), grand -vizir ottoman originaire d’Amasya. Il descendait du célèbre Ḏj̲amāl al-dīn d’Aḳsarāy, et faisait par conséquant remonter son origine à Abū Bakr. Il s’engagea dans la carrière judiciaire, devint successivement kāḍī de Sofia, Siliwri et Galata, administrateur de la cuisine des pauvres (ʿ imārei) de Meḥemmed II, à Istanbul et, au début du règne de Bāyezīd II, il fut appelé au poste de premier dejterdār ( bas̲h̲ defterdār). Sous Selīm Ier, il se distingua pendant la campagne de Perse par ses sages conseils (cf. J. von Hammer, GOR, II, 412, 417 sqq.), fut envoyé e…

ʿAbdī Efendī

(147 words)

Author(s): Babinger, Fr.
, historien ottoman. La seule information que nous ayons sur sa vie est que son activité se place sous les sultans Maḥmūd Ier et Muṣṭafā III, c.-à-d. vers 1730-64. Son histoire, appelée soit simplement ʿ Abdī Tārīk̲h̲i ou Tārīk̲h̲-i Sulṭân Maḥmūd Ḵh̲ān, traite principalement des antécédents de la révolte de Patrona Ḵh̲alīl et de la révolte elle-même (1730-1). C’est l’une des sources contemporaines les plus importantes pour cet événement.On trouve des mss. à Istanbul, Esʿad Efendī, 2153 et Millet Kütüpk̲h̲anesi. 409. (Fr. Babinger) Bibliography F.R. Unat, 1730 Patrona Īhtilali hak…

Awlonya

(556 words)

Author(s): Babinger, Fr.
, alb. Vlora, Valona, ville de l’Albanie méridionale [voir Arnawutluḳ]. Awlonya, appelée habituellement Valona, est aujourd’hui une ville d’environ 10 000 habitants. Elle se trouve sur la baie du même nom, et à environ 4 km. du port. Elle a joué un rôle important dans l’antiquité, sous le nom d’Aulon (de là Avlona). Sur son histoire au moyen âge, voir Konst. Jireček, Valona im Mittelalter, dans Ludwig v. Thallóczy, Illyrisch-albanische Forschungen, I, Munich et Leipzig 1916, 168-87. En juin 1417, les armées ottomanes pénétrèrent sur le territoire de Valona et occu…

Meḥmed Pas̲h̲a Rāmī

(715 words)

Author(s): Babinger, Fr.
, grand-vizir et poète ottoman né en 1065 ou 66/1655-6 à Istanbul, dans le faubourg d’Eyyūb. Fils d’un nommé Ḥasan Ag̲h̲a, il entra comme stagiaire ( s̲h̲āgird) à la chancellerie du Reʾīs Efendi et, grâce à ses relations avec le poète Yūsuf Nābī [ q.v.], il fut nommé maṣraf kātibi (secrétaire aux dépenses du palais). En 1095/1684, grâce à l’influence de son protecteur, Muṣṭafā Pas̲h̲a, qui venait d’être nommé ḳapudān pas̲h̲a [ q.v.], il fut promu dīwān efendi, c’est-à-dire chancelier de l’Amirauté. Il participa aux voyages et aux campagnes (contre Chios) de son chef, fit…

Nefʿī

(835 words)

Author(s): Babinger, Fr.
, (980-1044/1572-1635), le plus grand satirique ottoman, ʿOmer Efendi, dont le pseudonyme ( mak̲h̲laṣ) est Nefʿī, originaire du village de Ḥasan ḳalʿa non loin d’Erzerūm (Anatolie orientale). On ne sait pas grand-chose de ses premières années. Il passa sa jeunesse à Erzerùm où il connut l’historien ʿAlī [ q.v.] qui y exerçait les fonctions de defterdār. Pendant le règne d’Aḥmed Ier le destin le dirigea vers la capitale, Istanbul, où, pendant un certain temps, il exerça le métier de comptable. Ses tentatives en vue de gagner la faveur du sultan ou celle d…

Nāḥiye

(137 words)

Author(s): Babinger, Fr.
(t., de l’arabe nāḥiya «région; voisinage»), vocable employé dès le IXe/XVe siècle dans l’administration de l’empire ottoman pour désigner les subdivisions d’une wilāyet ou province, mais c’est plus tard qu’il est devenu un terme spécifiquement réservé à la subdivision d’un ḳaḍāʾ [ q.v.] ou ḳażā qu’on peut comparer approximativement à l’arrondissement français et qui est placée sous l’autorité d’un kāʾim-maḳām [ q.v.], tandis qu’elle est administrée par un mudīr. Ce fonctionnaire anciennement nommé par le wālī, gouverneur de la province, recevait ses directives du ḳāʾim-maḳām, …

Merkez

(318 words)

Author(s): Babinger, Fr.
, s̲h̲ayk̲h̲ Muṣlih al-dīn Mūsā b. Mūṣṭafā b. Ḳi̊li̊d̲j̲ b. .Ḥad̲j̲dar, chef d’une confrérie sūfie ottomane et saint. Originaire du village de Ṣari̊ Maḥmūdlu, dans la conscription de Lād̲h̲ikiyya, en Anatolie, il fut d’abord l’élève du Mollā Aḥmad Pas̲h̲a, fils de Ḵh̲iḍr Beg [ q.v.], puis du s̲h̲ayk̲h̲ k̲h̲alwatī bien connu, Sūnbūl Sinān Efendi, fondateur de la Sünbüliyya, qui est une branche de la Ḵh̲alwatiyya, et supérieur du monastère ¶ de Ḳod̲j̲a Muṣṭafa Pas̲h̲a à Istanbul (voir Bursali̊ Meḥmed Ṭāhir, ʿOt̲h̲mānli müʾellifleri̊, I, 78-9). Quand celui-ci mourut en 936/1520…

Mīk̲h̲āl Og̲h̲lu

(972 words)

Author(s): Babinger, Fr.
, vieille famille ottomane noble, qui fait remonter son origine à ce seigneur d’origine grecque Köse Mīk̲h̲āl ʿAbd Allāh (cf. F.-A. Geuffroy, dans Ch. Schefer, Petit traicté de l’origine des Turcqz par Th. Spandouyn Cantacasin, Paris 1696, 267: L’ung desdictz Créez estoit nommé MichaliDudict Michali sont descenduz les Michalogli) qui apparaît sous ʿOt̲h̲mān Ier comme maître de Chîrmenkia (Ḵh̲irmend̲j̲ik). au pied de l’Olympe près d’Edrenos; par la suite, comme allié du premier prince ottoman, il contribua largement à l’accroissement de sa puissance (cf. J. von Hammer, GOR, I, 48…

Nassades

(244 words)

Author(s): Babinger, Fr.
, forme européenne courante du nom donné aux navires de guerre légers construits en Nassau ou Hohenau (Basse Autriche), les «Nassauer» ou «Hohenauer» (hongrois: naszád, pi. naszádok, slave: nasad), dont on se servait sur le Danube. Leur équipage était composé de marins, serbes pour la plupart, qu’on appelait martaloses (du hongrois martaloć, martalóz, proprement «brigands»). D’après une relation florentine, cette flottille du Danube se composait, en 1475, de 330 navires, avec 10 000 «nassadistes», armés de lances, de boucliers, d’arbalètes ou d’a…

ʿAzmī-zāde

(563 words)

Author(s): Babinger, Fr.
Muṣṭafā, poète et styliste ottoman; comme poète, il est connu sous le nom de Ḥāletī. Né au cours de la laylat al-barāt, à Istanbul, le 15 s̲h̲aʿbān 977/23 janvier 1570, il était le fils de ʿAzmī Efendi, qui est devenu célèbre comme précepteur de Murād IV, et aussi comme poète, écrivain et traducteur (m. 990/1582). Disciple de Saʿd al-dīn [ q.v.] qui devint célèbre comme historien, il étudia le droit; il doit à son maître un penchant particulier pour la recherche historique. Il devint müderris à la madrasa de Ḥād̲j̲d̲j̲a-Ḵh̲ātūn à Istanbul, mais en 1011/1602-3, il fut envoyé à Dama…

Atīna

(986 words)

Author(s): Babinger, Fr.
, Athènes, actuelle capitale de la Grèce. L’histoire d’Athènes à l’époque préislamique est connue dans ses moindres détails, et il n’en sera pas question ici. Le premier contact immédiat — et hostile — que la ville eut avec les Musulmans se place en 283/896, lorsque des pirates sarrasins occupèrent temporairement la ville (cf. D. G. Kambourouglos, ‘H ἅλωσιΣ’ Aθηνων, ύπò των Σαρακηνων, Athènes 1934). On fait remonter à cet événement certains vestiges arabes et une certaine influence esthétique qu’on trouve en terre athénienne (cf. G. Soteriou, Arabie remains in Athens in Byzantine…
▲   Back to top   ▲