Search

Your search for 'dc_creator:( "Barthold, W." ) OR dc_contributor:( "Barthold, W." )' returned 91 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

Burṭās

(750 words)

Author(s): Barthold, W. | Quelquejay, Ch.
ou Burdās (dans al-Bakrī, Furdās), peuplade païenne du bassin de la Volga; sur les rapports entre les Burṭās et leurs voisins du Sud et du Nord, les Ḵh̲azar et les Bulg̲h̲ār, voir l’art. Bulg̲h̲ār. Al-Masʿūdī ( Murūd̲j̲, II, 14 et Tanbīh, 62) désigne également sous le nom de Burṭās une rivière qui se jette dans l’Itil (Volga); Marquart ( Streifzüge, 336) identifie ce cours d’eau avec la Samara. Contrairement à ce qui a lieu pour les Ḵh̲azar et Bulg̲h̲ār, aucune source ne mentionne de sectateurs de l’Islam parmi les Burṭās. Ce que Yāḳūt dit d’eux (I, 567…

Is̲h̲ān

(291 words)

Author(s): Barthold, W. | Wheeler, G. E.
, troisième personne du pluriel du pronom personnel persan. Le mot, qui a toujours revêtu une signification honorifique, fut d’abord utilisé en Asie centrale (c’est-à-dire dans ce qui est actuellement l’Asie centrale soviétique et la région autonome du Sinkiang-Uygur de la Chine) dans le sens de s̲h̲ayk̲h̲ ou de murs̲h̲id (maître ou guide) par opposition à murīd (disciple ou élève). L’on n’a pas encore déterminé à quel moment cet emploi apparaît pour la première fois: il existait certainement à l’époque médiévale, et le fameux Ḵh̲wād̲j̲a Aḥrār (m. 89…

Ḳaratigin

(1,100 words)

Author(s): Barthold, W. | Spuler, B.
(Ḳarātakīn), région traversée par le cours moyen du Wak̲h̲s̲h̲ ou Surk̲h̲āb (en turc Ḳi̊zi̊l Ṣu, une des rivières qui forment l’Amū Daryā), que les géographes arabes appellent Ras̲h̲t (Ibn Ḵh̲urradād̲h̲bih, 34, 211 sq.; Ibn Rusta, 92 sqq., ¶ 290; al-Yaʿḳūbī, Buldān, 260). La ville principale (ou «la forteresse», al-Ḳalʿa, al-Iṣṭak̲h̲rī, 340) du Ras̲h̲t correspond parfaitement à la position de la Garm (également Harm) moderne, seule ville du Ḳarategin; le Ras̲h̲t fermait alors une des régions frontières de l’Islam, et il était défendu à l’Est …

G̲h̲azān

(696 words)

Author(s): Barthold, W. | Boyle, J. A.
Maḥmūd, Īlk̲h̲ān [ q.v.] de 694 à 703/1295-1304, naquit le 29 rabīʿ I 670/4 novembre 1271; il était le fils aîné d’Arg̲h̲ūn [ q.v.], alors âgé de 12 ans seulement. A l’avènement de son père, G̲h̲āzān fut nommé gouverneur des provinces du Ḵh̲urāsān, du Māzandarān et de Rayy qu’il continua d’administrer sous le règne de Gayk̲h̲ātū [ q.v.]. Comme il avait été ¶ élevé dans le Bouddhisme, il fit construire des temples bouddhistes à Ḵh̲abūs̲h̲ān (Ḳučān), à l’époque où il était gouverneur; mais, peu avant son avènement, pendant la guerre avec Bāydū [ q.v.], son général Nawrūz l’avait persuadé …

ʿAmr b. al-Layt̲h̲

(443 words)

Author(s): Barthold, W.
, général persan, frère et successeur de Yaʿḳūb b. al-Layt̲h̲ [ q.v.], fondateur de la dynastie ṣaffāride [ q.v.] au Sid̲j̲istān. Après avoir été, dit-on, muletier dans sa jeunesse, puis maçon, il fut associé aux campagnes de son frère et prit pour lui, en 259/873, la capitale ṭāhiride Naysābūr. Après la défaite de Yaʿḳūb à Dayr al-ʿĀḳūl et sa mort qui en fut la conséquence (s̲h̲awwāl 265/juin 879), ʿAmr fut désigné par l’armée comme son successeur. Il fit sa soumission au calife et fut investi du gouvernement de…

Kučum K̲h̲ān

(540 words)

Author(s): Barthold, W.
, k̲h̲ān tatar de Sibérie, sous le règne duquel ce pays fut conquis par les Russes. Abū l-G̲h̲āzī seul (éd. Desmaisons, 177) nous renseigne sur son origine et sur ses liens de parenté avec les autres descendants de Čingiz Ḵh̲ān. D’après cette source, il aurait régné 40 ans au «Tūrān»; vers la fin de sa vie, il aurait perdu la vue; en l’année 1003/1594-5, il aurait été chassé par les Russes et se serait enfui chez les Mang̲h̲i̊t (Nogays); il y serait mort. On trouve aussi des renseignements sur K…

Berke K̲h̲ān

(1,276 words)

Author(s): Barthold, W. | Boyle, J.A.
, prince et souverain mongol de la Horde d’Or, petit-fils de Čingiz Ḵh̲ān et troisième fils de Ḏj̲oči; on sait peu de chose des débuts de sa carrière. Il ne prit point part aux guerres de Russie et d’Europe orientale dans les années 634-39/ 1237-1242, mais resta plus fréquemment en Mongolie que Bātū, qu’il représenta à l’intronisation de Güyük (644/1246) et à celle de Möngke (649/1251). Son yurt ou apanage, se trouvait situé, tout d’abord, selon Rubruck, vers Darband, mais en 653/1255, par ordre de Batu, il fut déplacé vers l’Est de la Volga pour séparer Berke …

Bayram ʿAlī K̲h̲ān

(125 words)

Author(s): Barthold, W. | Spuler, B.
, prince de Marw (1197-1200/1783-6), membre de la branche régnante de la maison des Ḳād̲j̲ār, qui y régna depuis l’époque de ʿAbbās Ier [ q.v.]. Il fut réputé de son temps comme vaillant guerrier. Durant une guerre contre Murād-Bī (S̲h̲āh Maʿṣūm) de Buk̲h̲ārā, il fut pris dans une embuscade et tué. Son second fils, Muḥammad Karīm, lui succéda à Marw; son fils aîné, Muḥammad Ḥusayn, consacra sa vie à l’étude à Mas̲h̲had. et fut considéré comme le «Platon de son époque» ( Aflāṭūn-i waḳt). (W. Barthold- [B. Spuler]) Bibliography Mīr ʿAbd al-Karīm Buk̲h̲ārī, Histoire de lAsie Centrale (éd. Sc…

Ḥaydar b. ʿAlī

(223 words)

Author(s): Barthold, W. | Spuler, B.
Ḥusaynī Rāzī, historien persan, né vers 993/1585; la date de sa mort n’est pas connue. Il est l’auteur d’une grande histoire du monde qui, dans les manuscrits, est parfois appelée Mad̲j̲maʿ et parfois Zubdat al-tawārīk̲h̲; elle est généralement connue sous le nom de Taʾrīk̲h̲-i Ḥaydarī. L’ouvrage est présenté, selon les divisions ¶ géographiques, en cinq bābs dans lesquels les faits sont exposés chronologiquement:—1. le monde arabe;—2. la Perse;—3. l’Asie centrale et l’Extrême-Orient;—4. l’Occident;—5. l’Inde. Ces bābs traitent de l’histoire politique et sont fréquemme…

Ki̊rgi̊z

(2,114 words)

Author(s): Barthold, W. | Hazai, G.
, peuple turc cité dès les plus anciennes relations chinoises sur l’Asie Centrale (IIe s. de J.-C.) sous le nom de Kien-Kuen qui, d’après P. Pelliot ( JA, 2e série, XV, 137) remonte à un mot mongol, sing. ḳirḳun. Les territoires des Kirgiz ne sont pas exactement définis dans ces sources, mais, d’après un document très digne de foi, le pays des Kien-Kuen est situé au Nord-ouest de celui des K’ang-Kiu, c’est-à-dire de la Sogdiane. Ḳi̊rg̲h̲i̊z apparaît pour la première fois dans les inscriptions d’Ork̲h̲on (VIIIe s. de J.-C.); à l’époque, les Kirgiz demeuraient, d’après les annales…

S̲h̲īrwān S̲h̲āh

(2,030 words)

Author(s): Barthold, W. | Bosworth, C.E.
, S̲h̲arwān S̲h̲āh, dans l’Islam médiéval, titre des souverains de S̲h̲īrwān [ q.v.], en Transcaucasie du Nord. Ce titre remonte probablement aux temps préislamiques. Ibn Ḵh̲urradād̲h̲bih, 17-18, cite le S̲h̲īryān S̲h̲āh comme l’un des souverains locaux recevant son titre de l’empereur sāsānide Ardas̲h̲īr. Al-Balād̲h̲urī ¶ mentionne le S̲h̲īrwān S̲h̲āh, en même temps que le Layzān S̲h̲āh, potentat du voisinage, parmi ceux que rencontrèrent les premiers envahisseurs arabes dans la région. Il signale en outre que S̲h̲īrwān et autres princip…

Banākitī

(397 words)

Author(s): Barthold, W. | Massé, H.
(pour la vocalisation, voir art. précédent), Fak̲h̲r al-dīn Abū Sulaymān Dāwūd b. Abī l-Faḍl Muḥammad, poète et historien persan (mort en 730/1329-30). D’après ce qu’il dit lui-même, il fut nommé en 701/1301-2 par le souverain mongol de Perse G̲h̲āzān-k̲h̲ān, malik al-s̲h̲uʿarāʾ, c’est-à-dire roi des poètes. Dawlats̲h̲āh ( Tad̲h̲kira, éd. Browne, 227) transmet une de ses poésies. Son ouvrage historique, intitulé Rawḍat ūlī l-albāb fī tawārīk̲h̲ al-akābir wa-l-ansāb, fut composé en 717/1317-18 sous l’Il-k̲h̲ān Abū Saʿīd; la préface en est datée du 25 s̲h̲awwāl …

Buk̲h̲ārā

(3,480 words)

Author(s): Barthold, W. | Frye, R.N.
, ville située dans une grande oasis, actuellement en Üzbekistān, sur le cours inférieur du Zarafs̲h̲ān, à 222,4 m. au-dessus du niveau de la mer, et à 64° 38’ de long. E. (Greenw.) et 39° 43’ de lat. N. Nous avons peu de renseignements relatifs à la cité à l’époque préislamique. À l’époque d’Alexandre le Grand, il y avait une autre ville en Sogdiane, outre Marakanda (Samarḳand) sur le cours inférieur du fleuve, mais elle ne correspondait probablement pas à l’actuelle cité de Buk̲h̲ārā. L’oasis fut habitée dès les époques les plus reculées, et des villes y existaient certainement. La plus anc…

Afs̲h̲īn

(428 words)

Author(s): Barthold, W. | Gibb, H.A.R.
, titre préislamique porté par les princes indigènes de l’Us̲h̲rūsana, territoire montagneux entre Samarḳand et Ḵh̲ud̲j̲anda, englobant le cours supérieur de la rivière Zarafs̲h̲ān (Barthold, Turkestan 2, 165-9). La province fut soumise aux gouverneurs arabes du Ḵh̲urāsān, par une expédition commandée par al-Faḍl b. Yaḥyā al-Barmakī en 178/794-5, mais ce fut seulement après une révolte, et une seconde expédition sous Aḥmad b. Abī Ḵh̲ālid en 207/822 que l’afs̲h̲īn régnant Kāwūs accepta l’Islam. À Kāwūs succéda son fils Ḵh…

Kas̲h̲

(659 words)

Author(s): Barthold, W. | Spuler, B.
, l’actuelle S̲h̲ahr-i sabz («ville verte», à cause de la fertilité de ses environs), ville d’Özbekistān située sur ce qui était autrefois la grande route commerciale reliant Samarḳand à Balk̲h̲. D’après les sources chinoises, Kas̲h̲ (transcription chinoise: K’ia-s̲h̲a, ou Kié-s̲h̲uang-na ainsi que K’ius̲h̲a et, pour la ville, Ki-s̲h̲e) fut fondée au début du VIIe siècle de l’ère chrétienne (cf. J. Marquart, Chronologie der alttürkischen Inschriften, Leipzig 1898, 57; le même, Ērānšahr, Berlin 1901, 304; E. Chavannes, Documents sur les Toukiue (Turcs) occidentaux, St.-Péters…

ʿAbd al-Karīm Buk̲h̲ārī

(142 words)

Author(s): Barthold, W.
, historien persan qui écrivit, en 1233/1818, un aperçu des conditions géographiques des pays de l’Asie centrale (Afg̲h̲ānistān, Buk̲h̲ārā, Ḵh̲īwa. Ḵh̲ōḳand. Tibet et Kas̲h̲mīr) et des événements historiques des mêmes pays de l’année 1160 (avènement d’Aḥmad S̲h̲āh Durrānī, q.v.) jusqu’à son temps. L’auteur avait déjà quitté sa patrie en 1222/1807-8, accompagnant une ambassade à Constantinople. Il y resta jusqu’à sa mort qui survint après 1246/1830 et écrivit son ouvrage pour le maître des cérémonies ʿĀrif Bey. Ch. Schefer, acquéreur…

Balk̲h̲as̲h̲

(393 words)

Author(s): Barthold, W. | Bennigsen, A.
, après l’Aral [ q.v.], le plus grand lac intérieur de l’Asie Centrale (18 432 km2), dans lequel débouchent l’Ili et plusieurs fleuves moins importants. Les géographes arabes du moyen âge ont ignoré l’existence de ce lac. L’auteur anonyme des Ḥudūd al-ʿālam (372/982-983; comp. J. Marquart, Osteuropäische und ostasiatische Streifzüge, p. xxx) fait déboucher l’Ili (Īlā) dans l’Issi̊ḳ-Ḳul. De tous les écrivains musulmans, Muḥammad Ḥaydar est à notre connaissance le seul qui, vers le milieu du Xe/XVIe siècle ( Taʾrīk̲h̲-i Ras̲h̲īdī, trad. E. D. Ross, 366), décrive le lac Balk̲h…

Abk̲h̲āz

(1,630 words)

Author(s): Barthold, W. | Minorsky, V.
I. Pratiquement, le terme Abk̲h̲āz ou Afk̲h̲āz, dans les plus anciennes sources musulmanes, englobe la Géorgie et les Géorgiens (exactement Ḏj̲urzān, [ q.v.]). La ŕaison (cf. infra, § 2) en est qu’au temps des premiers ʿAbbāsides, une dynastie issue d’Abk̲h̲āz gouverna la Géorgie. Masʿūdī, Murūd̲j̲, II, 65, 74. distingue la dynastie abk̲h̲āzienne et les gouverneurs géorgiens du Kur supérieur. Ce n’est que dans la tradition représentée par Ibn Rusta, 139: lire Ȧwg̲h̲az, (voir Marquart, ¶ Streifziige, 164-76 et Ḥudūd al-ʿālam, 456), que l’on se réfère peut -être à un peuple appelé …

Ḥaydar Mīrzā

(688 words)

Author(s): Barthold, W.
(dont le nom véritable était Muḥammad Ḥaydar, mais, comme il le dit lui-même, il était appelé Mīrzā Ḥaydar, et Bābur le nomme Ḥaydar Mīrzā), historien persan, auteur du Tāʾrīk̲h̲-i Ras̲h̲īdī, né en 905/1499-1500, mort en 958/ 1551 (sur son origine, cf. Dūg̲h̲lāt); par sa mère, il était le petit-fils du k̲h̲ān čag̲h̲atay Yūnus et le cousin de Bābur. La majeuie partie de ce que nous savons de sa vie est emprunté à son propre ouvrage; Bābur (éd. Beveridge, II) lui consacre quelques lignes; ses dernières années nous sont connues surtout grâce aux historiens de l’Inde Abū l-Faḍl et Firis̲h̲ta. Apr…

Burāḳ (ou plutôt Baraḳ) K̲h̲ān

(708 words)

Author(s): Barthold, W. | Boyle, J. A.
, souverain du Ḵh̲ānat de Čag̲h̲atay. Petit-fils de Möʾetüken qui tomba devant Bāmiyān et fils de Yesün-Toʾa qui avait été exilé de Chine pour sa participation à la conspiration contre le grand-k̲h̲ān Möngke. Burāḳ lui-même commença sa carrière à la cour du successeur de Möngke, Ḳubilay Ḵh̲ān (685-93/1286-94). En d̲j̲umādā II 664/mars 1266, quand Mubārak-S̲h̲āh, fils de Kara-Hülegü, fut élu au k̲h̲ānat de Čag̲h̲atay, Ḳubilay envoya Burāḳ dans le Mā-warāʾ al-nahr avec un yarli̊g̲h̲ ou rescrit le nommant co-régent avec son cousin. Au début, Burāḳ dissimula le yarli̊g̲h̲, puis, s’éta…
▲   Back to top   ▲