Search

Your search for 'dc_creator:( "Bosworth, C.E." ) OR dc_contributor:( "Bosworth, C.E." )' returned 667 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

Ẓahīr al-Dīn Marʿas̲h̲ī

(291 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
b. Nāṣir al-dīn, sayyid, général et diplomate persan, historien de la région Caspienne, n. vers 815/1412, m. après 894/1489. C’était un rejeton de la prestigieuse famille des sayyids Marʿas̲h̲ī qui dominèrent le Māzandarān de la fin du VIIIe/XIVe s. jusqu’à l’incorporation de la province dans l’Empire ṣafavide par le S̲h̲āh ʿAbbās Ier en 1005/1596 [voir Marʿas̲h̲ī], Ẓahīr al-dīn descendait de la branche principale de la famille, celle de Kamāl al-dīn b. Ḳiwām al-dīn (m. 801/1379). Il possédait des biens fonciers à Bāzargāh dans le Gīlān, province dan…

Zaynab bt. Ḏj̲aḥs̲h̲

(477 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
b. Riʾāb al-Asadiyya, une des femmes du prophète qui l’épousa après qu’elle avait divorcé de Zayd b. Ḥārit̲h̲a [ q.v.], l’affranchi et le fils adoptif de Muḥammad. La mère de Zaynab, ʿUmayma bt. ʿAbd al-Muṭṭalib, était une tante maternelle du prophète, et son père, issu de la tribu Asad, était un client du clan ʿAbd S̲h̲ams. Zaynab fut une des premières émigrantes pour Médine et elle était vierge (selon certaines traditions, veuve) quand Muḥammad la donna comme épouse à Zayd. En 4/626, Muḥammad, ayant vu Zaynab seule dans…

Karrāmiyya

(2,845 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, secte florissante dans les contrées centrales et orientales du monde musulman, et notamment dans les régions iraniennes, du IIIe/IXe siècle aux invasions mongoles. 1. — Origines. Le fondateur de cette secte, Abū ʿAbd Allāh Muḥammad b. Karrām (ainsi vocalisé par al-Samʿānī parce que son père aurait été vigneron, karrām, mais on peut également lire Karām ou Kirām), nous est connu par les biographies que l’on trouve notamment dans al-Samʿānī ( Ansāb, 476b477a), al-Ḏh̲ahabī ( Mīzān al-iʿtidāl, Caire 1325/1907, III, 127, et Taʾrīk̲h̲ al-Islām, s.a. 255/869, version abrégée dans le…

Zarang

(1,335 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, arabisé en Zarand̲j̲, principale ville de la province du Sīstān au début de l’Islam. Ses ruines s’étendent à quelques kilomètres au Nord de ce qui fut, au XIXe s. et au début du XXe s., le centre administratif du Sīstān persan, à savoir Nuṣratābād ou Nāṣirābād, l’actuelle Zābul. Ses vestiges sont visibles sur le vaste site en ruines appelé Nād-i ʿAlī, à l’Est du cours actuel du Hilmand [ q.v.] avant que celui-ci n’aille se perdre dans la dépression de Hāmūn [voir Zirih], juste à l’entrée du Sīstān afg̲h̲ān; cependant, le site a été très détérioré par des crues périodiques et…

al-K̲h̲ulafāʾ al-Rās̲h̲idūn

(1,027 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(a.), littéralement, “les Califes Bien Guidés”, les quatre chefs de la jeune communauté islamique qui se sont succédé au cours de la trentaine d’années après la mort du Prophète Muḥammad en rabīʿ I 11/juin 632. Le qualificatif dans cette expression a souvent été rendu par «Orthodoxes» (anachronisme, puisqu’il n’existait pas, dans ces temps anciens, de corpus de la croyance et de la pratique islamiques qui soit généralement accepté et à partir duquel une déviation aurait pu se produire) ou «Patriarcaux», ce ¶ qui présente cette période comme un âge héroϊque de l’Islam. Ces quatre calife…

S̲h̲īrwān S̲h̲āh

(2,030 words)

Author(s): Barthold, W. | Bosworth, C.E.
, S̲h̲arwān S̲h̲āh, dans l’Islam médiéval, titre des souverains de S̲h̲īrwān [ q.v.], en Transcaucasie du Nord. Ce titre remonte probablement aux temps préislamiques. Ibn Ḵh̲urradād̲h̲bih, 17-18, cite le S̲h̲īryān S̲h̲āh comme l’un des souverains locaux recevant son titre de l’empereur sāsānide Ardas̲h̲īr. Al-Balād̲h̲urī ¶ mentionne le S̲h̲īrwān S̲h̲āh, en même temps que le Layzān S̲h̲āh, potentat du voisinage, parmi ceux que rencontrèrent les premiers envahisseurs arabes dans la région. Il signale en outre que S̲h̲īrwān et autres princip…

Murg̲h̲āb

(317 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, fleuve de l’Asie Intérieure qui, comme beaucoup d’autres dans cette région, ne parvient ni à la mer, ni à un quelconque bassin fluvial étendu. Il prend sa source dans les montagnes du nom de Kūh-i Ḥiṣār, dans le Nord de l’Afg̲h̲ānistān central, coule vers l’Ouest et reçoit des affluents venant des montagnes du Band-i Turkistān et du Paropamise dans le Nord-ouest du pays. À 400 km environ de sa source, il arrose la ville de Bālā-Murg̲h̲āb, dans la province afg̲h̲āne actuelle de Bāg̲h̲īs, puis e…

Saʿīd Pas̲h̲a

(852 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Muḥammad, le plus jeune fils de Muḥammad ʿAlī Pas̲h̲a [ q.v.] et vice roi héréditaire d’Egypte, théoriquement sous suzeraineté ottomane, de 1854 à 1863. Il fut appelé Pas̲h̲a mais était déjà connu, selon un usage informel et non officiel, comme Khédive avant que ce dernier titre ne soit officiellement adopté après sa mort [voir Ḵh̲idīw]. Il était né en 1822. Son père avait une haute opinion de ses capacités et l’avait envoyé à l’âge de neuf ans seulement à Istanbul pour négocier le montant de l’impôt dû par l’Egypte à la Porte. L’oncle et prédécess…

Yabg̲h̲u

(538 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(t.), (peut-être également, Yavg̲h̲u, l’ancien alphabet ‘runique’ ne différenciant pas b et v) titre turc ancien, trouvé dans les inscriptions d’Ork̲h̲on [ q.v.], pour désigner un office ou un rang dans la hiérarchie sous le Kag̲h̲an. Ce dernier le conférait généralement à un de ses parents proches avec la tâche d’administrer une partie des territoires dominés. C’était donc analogue au titre de S̲h̲ad̲h̲, que celui de Yabg̲h̲u devança dans l’empire turc ancien, [voir Turcs. 1. Histoire. 1. La période pré-islamique, dans EI 2, X, 728a-730b], La fonction semble avoir perdu de s…

Mūs̲h̲

(1,026 words)

Author(s): Kramers, J.H. | Bosworth, C.E.
(turc moderne, Muş), ville et province de l’Anatolie orientale, à l’Est du lac de Van et d’Ak̲h̲lāt [ q.v.] ou Ḵh̲ilāṭ (moderne Ahlat). La ville est située à 38° 44´ N. et 41° 30´ E. à une altitude de 1290 m/4 200 pieds, sur les contreforts de la vallée du Murad Su, plaine fertile dans laquelle sont cultivés depuis longtemps le blé, le tabac et les vignes et où passe aussi depuis quelques années la branche du chemin de fer menant d’Élâzig [voir Maʿmūrat al-ʿAzīz] vers l’Est, à Tatvan sur le littoral du lac de Van. À l’époque préislamique, c’était la ville principale du district arménien de…

S̲h̲ims̲h̲āṭ

(185 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, ville de l’Islam médiéval en Anatolie orientale/Arménie occidentale. Elle était située en un lieu mal déterminé sur la rive gauche de la branche-mère Sud du haut Euphrate, l’Arsanias classique, actuellement Murad Su. Ce site se trouvait selon Yāḳūt, Buldān, éd. Beyrouth, III, 362-3 entre Bālūya (act. Palu) et Ḥiṣn Ziyād ou Ḵh̲artpirt [ q.v.] (act. Harput). Il ne faut pas le confondre avec Sumaysāṭ [ q.v.], plus au Sud sur l’Euphrate. Il se trouvait dans les confins entre Arabes et Grecs, et doit avoir été alternativement aux mains des deux peuples. C’est le lieu d’origine d’un poète du IVe/…

K̲h̲ōst

(525 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, en arabe Ḵh̲.w.st ou Ḵh̲.wāst, nom de diverses localités d’Afg̲h̲ānistān. L’étymologie la plus vraisemblable en est celle que donne G. Morgenstierne dans An etymological vocabulary of Pashto, Oslo 1928, 98: il s’agirait de la forme iranisée hwāstu (cf. sanscrit suvāstu «beau site») devenue le toponyme swāt [ q.v.] dans la région de la Frontière Nord-Ouest du Pakistan. Les géographes arabes et persans du moyen âge indiquent ce qui semble être deux localités de ce nom dans le Nord de l’Afg̲h̲ānistān; ceux du IVe/Xe siècle donnent Ḵh̲as̲h̲t comme étant une ville sur le Harī Rūd…

al-Bad̲h̲d̲h̲

(299 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, district et surtout forteresse du Nord de l’Ād̲h̲arbayd̲j̲ān qui doit sa célébrité au fait qu’elle fut la base du rebelle k̲h̲urramite Bābak [ q.v.] dans les premières décennies du IIIe/VIXe siècle. L’emplacement de la forteresse n’est pas connu avec certitude, mais elle doit avoir été située dans la montagne appelée aujourd’hui Ḳarad̲j̲a-Dag̲h̲ (anc. Maymad), l’ancienne région arménienne de Pʿaytakaran, au Nord d’Ahar et au Sud de l’Araxe, près de la montagne du nom de Has̲h̲tād-Sar, en un lieu situé entre les districts actuels de Hārand, Kalaybar et Garmādūz (V. Minorsky, Studies …

Pes̲h̲āwar

(1,534 words)

Author(s): Davies, C. Collin | Bosworth, C.E.
, ville de l’Inde musulmane, dans le Nord-ouest du sous-continent, aujourd’hui au Pākistān (lat. 34°01’ N., long. 71°40’ E., altitude 320 m). Dans le Pākistān actuel, Pes̲h̲āwar est aussi le nom de diverses unités administratives centrées sur la ville (voir infra). Le district est limité à l’Est par l’Indus, qui le sépare du Pand̲j̲āb et des Hazāra, et au Sud-est par la chaîne de Nīlāb G̲h̲as̲h̲a qui forme une barrière entre lui et le district de Kōhāt. Dans les autres directions, il est borné par des territoires de tribus. Au Sud, se…

Vid̲j̲ayanagara

(1,326 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, nom d’une puissance hindoue médiévale qui s’étendait sur une grande partie du Deccan du milieu du XIVe siècle à la fin du XVIIe siècle et qui présente un intérêt particulier pour la présente encyclopédie en raison de l’état de guerre continu entre ses Rād̲j̲ās (dont une soixantaine, de différentes dynasties, promulguèrent par des inscriptions royales leur souveraineté sur l’Inde située au Sud du fleuve Krishna) et les sultanats musulmans du Deccan. Dans les sources indo-musulmanes, on la trouve sous le nom de Bid̲j̲anagar. Le nom de Vid̲j̲ayanagara, signifiant “Ville de la Vi…

Ork̲h̲on

(198 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, rivière au Nord de ce qui est actuellement la République Populaire de Mongolie; elle coule vers le Nord et rejoint la Selenga pour se jeter dans le Lac Baïkal. Pour les turcologues, les bords de cette rivière sont d’une extrême importance en ce qu’elles recèlent des inscriptions en turc ancien, gravées vers le milieu du VIIIe siècle dans une écriture dite «runique», mais en fait lointainement dérivée de l’écriture araméenne [voir Turcs. Langues]. Ces inscriptions renferment les annales royales de l’empire köktürk, basé sur cette région jusqu’à sa chute, en 744, et…

al-Ḥusaynī

(339 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, Ṣadr al-dīn Abū l-Ḥasan ʿAlī b. Nāṣir b. ʿAlī, auteur de la fin de l’époque sald̲j̲ūḳide et des premières décennies du VIIe/ XIIIe siècle, dont l’œuvre nous est connue parce qu’elle a été incorporée à une histoire anonyme des Sald̲j̲ūḳides et des Atabegs d’Ād̲h̲arbayd̲j̲ān qui leur ont succédé, les Ak̲h̲bār al-dawla al-sald̲j̲ūḳiyya (éd. Muh. Iqbal, Lahore 1933; trad. turque Necati Lugal, Ankara 1943; cf. Brockelmann, I2, 392, S I, 554-5). Al-Ḥusaynī paraît avoir écrit la Zubdat al-tawārīk̲h̲, ak̲h̲bār al-umarāʾ wa-l-mulūk al-sald̲j̲ūḳiyya, qui constitue la première partie…

Ṣawlad̲j̲ān

(109 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, (a.), passe pour être une forme arabisée du persan čawgān «crosse de polo» [voir Čawgān]. Le l intrusif présente une difficulté d’interprétation, mais D. N. Mackenzie, A concise dictionary of Pahlavi, Londres 1971, 22, donne * caw(l)agān («de transcription douteuse»). Quoiqu’il en soit, la courbe d’une canne de polo fournit une expression figurée convenable, tant pour une comparaison [voir Tas̲h̲bīh], que pour une métaphore [voir Istiʾāra], en arabe classique, en persan et en turc, pour la courbe des sourcils ou les tresses de cheveux d’une belle fille, voir Annemarie Schimmel, The …

Miskīn

(739 words)

Author(s): Buhl, F. | Bosworth, C.E.
(a.), pl. masākīn, miskīnun «pauvre, indigent». Ce terme appartient au sémitique ancien. En accadien, muškēnu/ maškēnu paraît avoir désigné au premier chef une classe sociale qui se situait entre les citoyens à part entière et les esclaves, et c’est de là qu’il acquit le sens de «pauvre, indigent» (voir E. A. Speiser, The muškēnum, dans Orientalia, n.s. XXVII (1958), 19-28; Chicago Akkadian dictionary, Letter M, 2e partie, 272-6; Von Soden, Akkadisches Wörterbuch, II, 684a; le même, Muškenum und die Mawālī desfrühen Islam, dans ZA, n.s. XXII (1964), 133-41). Dans ce dernier se…

Mahisur, Maysūr

(3,257 words)

Author(s): Bosworth, C. E. | Andrews, P. A.
(orth. conventionnelle Mysore), nom d’une ville et d’un État princier de l’Inde britannique dont elle était la capitale. Cet ancien État constitue aujourd’hui le noyau de celui de l’Union Indienne nommé Karnataka (capitale Bangalore). L’État indigène occupait, dans le Sud de l’Inde, ¶ un territoire de 76 230 km2 sans accès à la mer (11° 36ʹ-15° 2ʹ N. et 74° 38ʹ-78° 36ʹ E.). Il comptait, en 1941, 7329140 habitants dont plus de 90% d’Hindous; la minorité musulmane était presque totalement sunnite. L’ancienne capitale, siège des maharad̲j̲as de Mysore, est située à une altitude de …
▲   Back to top   ▲