Search

Your search for 'dc_creator:( "Bosworth, C.E." ) OR dc_contributor:( "Bosworth, C.E." )' returned 667 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

Ildeñizides ou Eldigüzides

(2,096 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, lignée d’atabegs ou de chefs esclaves turcs qui gouvernèrent la plus grande partie du Nord-ouest de la Perse, y compris l’Arrān, la majeure partie de l’Ād̲h̲arbayd̲j̲ān et le Ḏj̲ibāl, durant la seconde moitié du VIe/XIIe siècle et les premières décennies du VIIe/XIIIe. Jusqu’à la mort au combat, en 590/1194, de Ṭog̲h̲ri̊l b. Arslan, dernier des Grands Sald̲j̲ūḳides du ʿIrāḳ et de Perse, les Ildeñizides gouvernèrent en qualité de subordonnés théoriques des sultans dont ils reconnurent la suzeraineté sur leurs monnaies presque jusqu’à l…

Las Bēla

(1,200 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, ancien État indigène des Indes britanniques devenu aujourd’hui un district du Pakistan. Situé au Sud-est du Balučistān, le long de la côte qui s’étend à l’Ouest de Karachi (24° 54′ — 26° 29′ N et 64° 7′ — 67° 29′E.), il est limité à l’Ouest par le Makrān [ q.v.] dont fait partie sa région occidentale, au Nord par le district de Jhalawan de ¶ l’ancien État de Kalāt [voir Kilāt], et à l’Est par l’ancienne province du Sind; sa superficie, qui est toujours la même, est de 6 441 milles carrés (16 882 km2). I. — Géographie. La partie centrale de l’État est une plaine ( las = plaine) aride et plate, mais, …

Ṭahmūrāt̲h̲

(638 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, généralement considéré comme le second roi de la dynastie pīs̲h̲dādide [ q.v.] au sein de l’histoire épique iranienne légendaire, venant après le premier roi du monde Kayūmart̲h̲ ou Gayōmard et après Hūs̲h̲ang [ q.v.] fondateur de la dynastie des Pīs̲h̲dādides. Certaines sources islamiques font de lui le premier roi de sa lignée, et la durée du règne qui lui est attribuée — des chiffres à hauteur d’un millénaire ou encore de 600 ans sont donnés — montre l’importance qui lui était accordée. Son nom apparaît dans l’Avesta en tant que Tak̲h̲mō urupa azinavia, la première partie tak̲h̲ma- sig…

Sandābil

(327 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, ville réputée avoir été la capitale du roi de Chine dans le récit du voyageur et écrivain arabe Abū Dulaf Misʿar b. Muhalhil [ q.v.], prétendant décrire sa participation à une ambassade du souverain chinois Ḳālīn b. S̲h̲ak̲h̲īr à son retour de la cour de l’ amīr sāmānide Naṣr b. Aḥmad (301-31/914-43 [ q.v.] à Buk̲h̲ārā. Abū Dulaf voit cette ville comme une immense cité que l’on traversait en une journée, avec des murailles de 90 coudées de hauteur et un temple aux idoles plus grand que la mosquée sainte de Jérusalem ( Risāla, trad. fr. G. Ferrand, dans Relations de voyages ... relatifs à l’E…

Ṭīn

(332 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, (a.), boue, argile. 1. Dans le Ḳurʾān, il est dit que Dieu créa l’homme à partir de l’argile (à la différence du feu supérieur à partir duquel Iblīs se vante d’avoir été créé), et ṭīn y est le mot le plus couramment usité pour «argile» (à côté de turāb, ḥamāʾ). Voir par ex. sūrate VI, 2, VII, 11/12, XVII, 63/61, XXIII, 12, XXXII, 6/7). Ṭīn est employé plus loin comme substance à partir de laquelle Jésus va créer un oiseau vivant (III, 43/49, V, 110) Au sujet de la création en général, à partir de ces éléments, voir Ḵh̲alḳ. IV, 981b. 2. En tant que matériau du potier. Voir à ce sujet Ḵh̲azaf. On peut auss…

Wahb

(1,174 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Banū, famille de fonctionnaires au service des califes, qui se distinguèrent particulièrement comme secrétaires et vizirs des ʿAbbāsides au IIIe/IXe siècle et au début du IVe/Xe siècle. La majorité des sources indique que la famille venait de Wāsiṭ et qu’elle était d’origine chrétienne nestorienne avant de se convertir à l’Islam, se réclamant, toutefois, d’une pure origine arabe remontant à la tribu yéménite des Balḥārit̲h̲ de Nad̲j̲rān. Les Wahbī appartenaient donc à la tradition de ces serviteurs des califes venant d’u…

Nūḥ

(328 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(Ier) b. Naṣr b. Aḥmad, amīr sāmānide de Transoxiane et du Ḵh̲urāsān (331-43/943-54), qui reçut après sa mort le surnom honorifique d’ al-Amīr al-S̲h̲ahīd («Celui qui est digne d’éloges»). Dans le sillage de la réaction anti Sh̲īʿite qui marqua la fin du règne de Naṣr [ q.v.], père de Nūḥ, les premières années du nouveau règne furent marquées par le vizirat du pieux faḳīh sunnite Abū l-Faḍl Muḥammad Sulamī, mais bientôt de fâcheux signes de déclin apparurent. Des révoltes éclatèrent dans le royaume tributaire du Ḵh̲wārazm [ q.v.], ainsi qu’au Ḵh̲urāsān sous le gouverneur Abū ʿAli …

Ẓahīr al-Dīn Marʿas̲h̲ī

(291 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
b. Nāṣir al-dīn, sayyid, général et diplomate persan, historien de la région Caspienne, n. vers 815/1412, m. après 894/1489. C’était un rejeton de la prestigieuse famille des sayyids Marʿas̲h̲ī qui dominèrent le Māzandarān de la fin du VIIIe/XIVe s. jusqu’à l’incorporation de la province dans l’Empire ṣafavide par le S̲h̲āh ʿAbbās Ier en 1005/1596 [voir Marʿas̲h̲ī], Ẓahīr al-dīn descendait de la branche principale de la famille, celle de Kamāl al-dīn b. Ḳiwām al-dīn (m. 801/1379). Il possédait des biens fonciers à Bāzargāh dans le Gīlān, province dan…

Zaynab bt. Ḏj̲aḥs̲h̲

(477 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
b. Riʾāb al-Asadiyya, une des femmes du prophète qui l’épousa après qu’elle avait divorcé de Zayd b. Ḥārit̲h̲a [ q.v.], l’affranchi et le fils adoptif de Muḥammad. La mère de Zaynab, ʿUmayma bt. ʿAbd al-Muṭṭalib, était une tante maternelle du prophète, et son père, issu de la tribu Asad, était un client du clan ʿAbd S̲h̲ams. Zaynab fut une des premières émigrantes pour Médine et elle était vierge (selon certaines traditions, veuve) quand Muḥammad la donna comme épouse à Zayd. En 4/626, Muḥammad, ayant vu Zaynab seule dans…

Karrāmiyya

(2,845 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, secte florissante dans les contrées centrales et orientales du monde musulman, et notamment dans les régions iraniennes, du IIIe/IXe siècle aux invasions mongoles. 1. — Origines. Le fondateur de cette secte, Abū ʿAbd Allāh Muḥammad b. Karrām (ainsi vocalisé par al-Samʿānī parce que son père aurait été vigneron, karrām, mais on peut également lire Karām ou Kirām), nous est connu par les biographies que l’on trouve notamment dans al-Samʿānī ( Ansāb, 476b477a), al-Ḏh̲ahabī ( Mīzān al-iʿtidāl, Caire 1325/1907, III, 127, et Taʾrīk̲h̲ al-Islām, s.a. 255/869, version abrégée dans le…

al-Bad̲h̲d̲h̲

(299 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, district et surtout forteresse du Nord de l’Ād̲h̲arbayd̲j̲ān qui doit sa célébrité au fait qu’elle fut la base du rebelle k̲h̲urramite Bābak [ q.v.] dans les premières décennies du IIIe/VIXe siècle. L’emplacement de la forteresse n’est pas connu avec certitude, mais elle doit avoir été située dans la montagne appelée aujourd’hui Ḳarad̲j̲a-Dag̲h̲ (anc. Maymad), l’ancienne région arménienne de Pʿaytakaran, au Nord d’Ahar et au Sud de l’Araxe, près de la montagne du nom de Has̲h̲tād-Sar, en un lieu situé entre les districts actuels de Hārand, Kalaybar et Garmādūz (V. Minorsky, Studies …

Vid̲j̲ayanagara

(1,326 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, nom d’une puissance hindoue médiévale qui s’étendait sur une grande partie du Deccan du milieu du XIVe siècle à la fin du XVIIe siècle et qui présente un intérêt particulier pour la présente encyclopédie en raison de l’état de guerre continu entre ses Rād̲j̲ās (dont une soixantaine, de différentes dynasties, promulguèrent par des inscriptions royales leur souveraineté sur l’Inde située au Sud du fleuve Krishna) et les sultanats musulmans du Deccan. Dans les sources indo-musulmanes, on la trouve sous le nom de Bid̲j̲anagar. Le nom de Vid̲j̲ayanagara, signifiant “Ville de la Vi…

Ork̲h̲on

(198 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, rivière au Nord de ce qui est actuellement la République Populaire de Mongolie; elle coule vers le Nord et rejoint la Selenga pour se jeter dans le Lac Baïkal. Pour les turcologues, les bords de cette rivière sont d’une extrême importance en ce qu’elles recèlent des inscriptions en turc ancien, gravées vers le milieu du VIIIe siècle dans une écriture dite «runique», mais en fait lointainement dérivée de l’écriture araméenne [voir Turcs. Langues]. Ces inscriptions renferment les annales royales de l’empire köktürk, basé sur cette région jusqu’à sa chute, en 744, et…

al-Ḥusaynī

(339 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, Ṣadr al-dīn Abū l-Ḥasan ʿAlī b. Nāṣir b. ʿAlī, auteur de la fin de l’époque sald̲j̲ūḳide et des premières décennies du VIIe/ XIIIe siècle, dont l’œuvre nous est connue parce qu’elle a été incorporée à une histoire anonyme des Sald̲j̲ūḳides et des Atabegs d’Ād̲h̲arbayd̲j̲ān qui leur ont succédé, les Ak̲h̲bār al-dawla al-sald̲j̲ūḳiyya (éd. Muh. Iqbal, Lahore 1933; trad. turque Necati Lugal, Ankara 1943; cf. Brockelmann, I2, 392, S I, 554-5). Al-Ḥusaynī paraît avoir écrit la Zubdat al-tawārīk̲h̲, ak̲h̲bār al-umarāʾ wa-l-mulūk al-sald̲j̲ūḳiyya, qui constitue la première partie…

Ṣawlad̲j̲ān

(109 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, (a.), passe pour être une forme arabisée du persan čawgān «crosse de polo» [voir Čawgān]. Le l intrusif présente une difficulté d’interprétation, mais D. N. Mackenzie, A concise dictionary of Pahlavi, Londres 1971, 22, donne * caw(l)agān («de transcription douteuse»). Quoiqu’il en soit, la courbe d’une canne de polo fournit une expression figurée convenable, tant pour une comparaison [voir Tas̲h̲bīh], que pour une métaphore [voir Istiʾāra], en arabe classique, en persan et en turc, pour la courbe des sourcils ou les tresses de cheveux d’une belle fille, voir Annemarie Schimmel, The …

Sulṭān al-Dawla

(196 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
b. Bahāʾ al-dawla Fīrūz, Abū S̲h̲ud̲j̲āʿ, souverain būyide du Fārs, et tout d’abord du ʿIrāḳ, 403-15/1012-24, ayant succédé à son père [voir Bahā ʾ al-dawla au Suppl.] à S̲h̲īrāz. La plus grande partie de son règne se passa en conflits avec ses frères, notamment Abū l-Fawāris Ķawām al-dawla, qui finit par devenir souverain du Kirmān sous la suzeraineté de Sulṭān al-dawla, et Abū ʿAlī Ḥasan, auquel il disputa le contrôle du ʿIrāḳ. En 412/1021, le second sut se faire reconnaître comme maître du ʿIrāḳ, avec le titre de Mus̲h̲arrif al-dawla (il s’était déjà autoproclamé s̲h̲āhans̲h̲āh «roi d…

Taʿarrub

(155 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
(a.), nom d’action d’un verbe dénominatif formé sur ʿarab, pl. aʿrāb, au sens de «nomades, bédouins» (tel est le sens ḳurʾānique du dernier terme, p. ex. IX, 98/97, XLIX, 14; taʿarrub lui-même n’apparaît pas dans le Ḳurʾān). Dans l’Islam ancien, taʿarraba et son synonyme plus rare tabaddā désignent le retour au désert arabique après la hid̲j̲ra [ q.v.] vers ¶ les villes de garnison ( amṣār [voir Miṣr. B]) et la participation aux campagnes militaires destinées à étendre l’empire arabe et le territoire de l’Islam. Une partie de ce mouvement de retour au désert ét…

Muʾayyid al-Dawla

(238 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Abū Manṣūr Būya b. Rukn al-dawla Ḥasan, amīr būyide, maître d’Iṣfahān, de Rayy et de la majeure partie du Ḏj̲ibāl de 366 à 373/976-84. Son père, Rukn al-dawla, avait partagé ses territoires, avant sa mort, entre Muʾayyid al-dawla (Iṣfahān, Rayy et leurs dépendances) et un autre fils, Fak̲h̲r al-dawla ʿAlī [ q.v.] (Hamadān et le Ḏj̲ibāl kurde). Muʾayyid al-dawla reconnut la suzeraineté de leur autre frère, ʿAḍud al-dawla [ q.v.] du Fārs et, avec l’appui de ce dernier, empêcha Fak̲h̲r al-dawla d’étendre son autorité sur la majeure partie des territoires qui lui av…

Maḥmūd b. Muḥammad b. Malik-s̲h̲āh

(1,242 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, Mug̲h̲īt̲h̲ al-dunyā wa-l-dīn, Abū l-Ḳāsim, sultan grand-sald̲j̲ūḳide en Perse occidentale et au ʿIrāḳ de 511 à 525/1118-31. L’affaiblissement du pouvoir central des Grands-Sald̲j̲ūḳides dans l’Ouest de l’empire, commencé après la mort de Malik-S̲h̲āh dans la période des luttes de succession entre Berk-yaruḳ et Muḥammad [ q.vv.], mais ralenti dès que Muḥammad eut établi son autorité d’une manière incontestée, reprit rapidement pendant les quatorze ans du règne de Maḥmūd. Cette évolution est due en partie à la jeunesse de ce dernier (qui, …

al-Sallāmī

(249 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Abū ʿAlī al-Ḥusayn b. Aḥmad al-Bayhaḳī, historien de la période sāmānide, vivant au milieu du IVe/Xe siècle, mais dont les dates exactes sont inconnues. Selon l’historien local de Bayhaḳ, Ibn Funduk [voir al-Bayhaḳī, Ẓahīr al-dīn b. Funduḳ], il était le pupille du nadīm et adīb assez mal connu Ibrāhīm b. Muḥammad al-Bayhaḳī [ q.v.], auteur du K. al-Maḥāsin wa-l-masāwī, et selon al-T̲h̲aʿālibī, était au service des amīrs muḥtād̲j̲ides de Čag̲h̲āniyān [voir Muḥtād̲j̲ides], Abū Bakr Muḥammad et Abū ʿAlī Čag̲h̲ānī, à la fortune desquels sa propre carrière chez les Sām…
▲   Back to top   ▲