Search

Your search for 'dc_creator:( "Bosworth, C.E." ) OR dc_contributor:( "Bosworth, C.E." )' returned 667 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

Sūyāb

(238 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, établissement dans la région de la Semirecye en Asie Centrale [voir Yeti Su], illustré dans l’histoire ancienne des Turcs et de leurs relations avec les pays islamiques voisins. Il devait se situer légèrement au Nord de la vallée du fleuve Ču, c’est-à-dire juste au Nord de l’actuelle frontière entre Kirghizie et Kazakhstan. Minorsky suggère que ce nom signifie «le canal ( āb) sur le Ču». Au moment des incursions arabes en Asie Centrale, le principal ordu ou campement du souverain türgesh Su-lu était situé à Sūyāb. Il fut ravagé par une force chinoise d’invasion en 748…

Dabīr

(313 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
(P), scribe, secrétaire, est le terme équivalent à l’arabe kātib et au turc yazi̊d̲j̲i̊ que l’on emploie généralement dans le monde de culture persane, y compris l’indo-musulmau (où il tendit cependant, au cours des derniers siècles, à être supplanté par muns̲h̲ī; Yule et Burnell, Hobson-Jobson, Londres 1886, 328, signalent que, de leur temps, « dubeer » est tout à fait obsolète dans l’usage indien). Ce terme apparaît sous la forme dipīr/dibīr (orth. pchlévie dpy̲ (w)r; voir D. N. MacKenzie, A concise Pahlavi dictionary, Londres 1971, 26) dans la Perse sāsānide pour désigner …

Marg̲h̲īnān

(563 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
(devenu Marg̲h̲elān). ville du Farg̲h̲āna [ q.v.], en Asie Centrale, au Sud du Si̊r Daryā [ q.v.] ou Iaxarte, sur une petite rivière nommée aujourd’hui Margelan Say. C’était, dans les premiers siècles de l’Islam, une localité d’importance modeste représentant avec, notamment, Andid̲j̲ān [ q.v.], l’une des principales agglomérations du canton du Farg̲h̲āna appelé Nasyā inférieur; d’après al-Muḳaddasī (272; voir aussi Le Strange, 479; Ibn Ḥawḳal2, 513-14, trad. 491; al-Samʿānī, Ansāb, éd. en facs., fol. 522a), elle possédait une grande-mosquée et des marchés. Des m…

Kang̲h̲li̊

(808 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Ḳanḳli̊, nom d’une peuplade turque qui vivait au moyen âge dans les steppes du Turkestan et de la Sibérie du Sud-ouest. On ne trouve pas mention des Kang̲h̲lī chez les plus anciens géographes et voyageurs arabes et persans des IIIe-IVe/ IXe-Xe siècles, comme c’est le cas pour d’autres tribus turques. Pour Maḥmūd Kās̲h̲g̲h̲arī, ḳanklī n’était pas un ethnique, mais désignait, comme nom propre, «un grand homme des Ḳi̊pčaḳ» et, comme nom commun, «un chariot lourdement chargé» ( Dīwān lug̲h̲āt al-Turk, trad. Atalay, III, 379). Dans des sources turques anciennes sur les origine…

Payās

(342 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, forme, en turc ottoman, du nom actuel de ¶ la petite ville de Payas, située au fond du golfe d’Alexandrette, à 18 km au Nord d’Iskandarūn [ q.v.], à 36° 46′ N. et 36° 10′ E. Située comme elle l’est, dans le très étroit corridor qui sépare la mer de l’Amanus ou Ḏj̲abal al-Lukkām [ q.v.], les Gavur Dağlan d’aujourd’hui en turc, Payās a toujours été un point stratégique important sur la route de Cilicie à Antioche; son nom lui-même remonte à celui de la ville grecque classique de Baiae (voir Pauly-Wissowa, II/2, col. 2775 [art. de Ruge ]). Au début de la période islamique, Payās était sur la ro…

Sikandarb. Ḳuṭb al-Dīn Hindāl, appeléButs̲h̲ikan

(229 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, sultan du Kas̲h̲mīr (r. 791-813/1389-1410), dont le nom de «briseur d’idoles» est dū à sa politique islamique rigoriste et à ses mesures draconiennes contre les Hindouistes locaux. Encore mineur, il eut sa mère pour régente jusqu’en 795/1393, date à laquelle, avec le soutien des Sayyids bayhaḳīs [ q.v. au Suppl.] réfugiés ayant fui devant Tīmūr [ q.v.], il rejeta sa tutelle et devint le souverain de fait, faisant dire la k̲h̲uṭba en son nom propre et battant monnaie. Les campagnes de Tīmūr poussèrent en Inde un grand nombre d’immigrants, dont le plus éminent à re…

Muḥammad Ḥākim Mīrzā

(258 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, prince mog̲h̲ol et demi-frère de l’empereur Akbar [ q.v.], né en 960/1553, mort en 993/1585. En 973/1566, il était gouverneur de Kābul et de l’Afg̲h̲ānistān oriental au nom d’Akbar, mais lorsqu’il fut forcé par les Tīmūrides du Badak̲h̲s̲h̲ān de quitter temporairement sa capitale, il se retira vers l’Inde, où un groupe dissident de nobles Ozbegs le proclamèrent empereur à Ḏj̲awnpūr et l’incitèrent à envahir l’Inde. Il assiégea Lahore avec ses forces, mais dut se réfugier à Kābul. Pendant plus d’une décennie, …

Tonk

(178 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, ancien État indigène des Indes Britanniques, dont trois des districts qui le composaient devinrent partie intégrante du Rād̲j̲pūtānā et trois autres furent incorporés à l’Inde Centrale, autour de la ville du même nom (26° 10΄ de lat. N., et 75° 50΄ de long. E.). L’ancien État du Tonk est désormais un district du Rād̲j̲āsthān dans l’Union Indienne. Le Tonk fut fondé par Amīr Ḵh̲ān (m. 1834 [ q.v.]), Pathan originaire de Bunēr qui s’éleva, d’abord au service des Rohillas [ q.v.] et puis dans l’armée de Ḏj̲aswant Singh Holkar (1798). Il se soumit aux Britanniques en 1817. Pen…

Sāsān

(548 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Banū, appellation générale dans la littérature¶ islamique médiévale des personnes adonnées à 1 a mendicité, à la filouterie, à l’escroquerie, à l’exposition d’infirmités défigurantes, de membres mutilés, etc., si bien que sāsānī est souvent devenu en arabe comme en persan synonyme de «mendiant, escroc». Ḥād̲j̲d̲j̲ī Ḵh̲alīfa emploie sāsānī au sens de «magicien, prestidigitateur»; ʿilm al-ḥiyal al-sāsāniyya désigne la «science des artifices et de la tromperie». Dans son traité destiné à mettre le public en garde contre la tromperie sous toutes ses formes al-Muk̲h̲tār min kas̲h…

K̲h̲ud̲j̲and, K̲h̲ud̲j̲anda

(1,232 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, ville (40°17‴ N., 69° 37‴ E.) et district (auj. oblast’) d’Asie Centrale, qui portent maintenant le nom de Léninabad et appartiennent à la RSS du Tadjikistan. Au moyen âge, la ville s’étendait le long de la rive gauche du cours moyen du Si̊r Daryā, sur le méandre le plus méridional du fleuve, à l’entrée de la vallée de Farg̲h̲āna; elle était située sur les confins mal définis des districts d’Īlāḳ [ q.v., au Suppl.] et d’Us̲h̲rūsana [ q.v.], en Transoxiane, et l’on considère qu’elle était administrativement rattachée à l’une ou l’autre de ces deux circonscriptions au déb…

Muḥallil

(334 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(a.), littéralement «quelqu’un qui rend légal un acte, le légalise, le rend légitime», c.à.d. le personnage qui, dans la loi musulmane classique, agit comme une sorte de prête-nom ou «homme de paille» pour établir l’authenticité d’un procès légal, ou le rendre acceptable là où, autrement, il serait de légalité douteuse ou même interdit. Cette méthode fait partie des mécanismes et procédures compris dans les ḥiyal, c.à.d. les astuces légales employées pour échapper à l’esprit de la loi tout en respectant techniquement sa lettre [voir Ḥīla]. Ainsi le muḥallil joue un rôle dans des j…

Eličpur

(612 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, Iličpur (auj. Ačalpur), ville de la province islamique médiévale du Berār [ q.v.], dans le Sud de l’Inde Centrale, près des sources du Purnā, affluent du Tāptī (21° 16’ N., 77° 33’ E.). Jusqu’en 1853, Eličpur était généralement considérée comme la capitale du Berār, après quoi Amraotī en devint le centre administratif. L’histoire préislamique d’Eličpur est semi-légendaire, et la fondation en est attribuée à un rād̲j̲ā djaϊn nommé II, au Xe siècle. A l’époque de Baranī (fin du VIIe/XIIe siècle, elle pouvait être regardée comme l’une des villes les plus célèbres du Nord du…

Zarang

(1,335 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, arabisé en Zarand̲j̲, principale ville de la province du Sīstān au début de l’Islam. Ses ruines s’étendent à quelques kilomètres au Nord de ce qui fut, au XIXe s. et au début du XXe s., le centre administratif du Sīstān persan, à savoir Nuṣratābād ou Nāṣirābād, l’actuelle Zābul. Ses vestiges sont visibles sur le vaste site en ruines appelé Nād-i ʿAlī, à l’Est du cours actuel du Hilmand [ q.v.] avant que celui-ci n’aille se perdre dans la dépression de Hāmūn [voir Zirih], juste à l’entrée du Sīstān afg̲h̲ān; cependant, le site a été très détérioré par des crues périodiques et…

al-K̲h̲ulafāʾ al-Rās̲h̲idūn

(1,027 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(a.), littéralement, “les Califes Bien Guidés”, les quatre chefs de la jeune communauté islamique qui se sont succédé au cours de la trentaine d’années après la mort du Prophète Muḥammad en rabīʿ I 11/juin 632. Le qualificatif dans cette expression a souvent été rendu par «Orthodoxes» (anachronisme, puisqu’il n’existait pas, dans ces temps anciens, de corpus de la croyance et de la pratique islamiques qui soit généralement accepté et à partir duquel une déviation aurait pu se produire) ou «Patriarcaux», ce ¶ qui présente cette période comme un âge héroϊque de l’Islam. Ces quatre calife…

Murg̲h̲āb

(317 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, fleuve de l’Asie Intérieure qui, comme beaucoup d’autres dans cette région, ne parvient ni à la mer, ni à un quelconque bassin fluvial étendu. Il prend sa source dans les montagnes du nom de Kūh-i Ḥiṣār, dans le Nord de l’Afg̲h̲ānistān central, coule vers l’Ouest et reçoit des affluents venant des montagnes du Band-i Turkistān et du Paropamise dans le Nord-ouest du pays. À 400 km environ de sa source, il arrose la ville de Bālā-Murg̲h̲āb, dans la province afg̲h̲āne actuelle de Bāg̲h̲īs, puis e…

Saʿīd Pas̲h̲a

(852 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Muḥammad, le plus jeune fils de Muḥammad ʿAlī Pas̲h̲a [ q.v.] et vice roi héréditaire d’Egypte, théoriquement sous suzeraineté ottomane, de 1854 à 1863. Il fut appelé Pas̲h̲a mais était déjà connu, selon un usage informel et non officiel, comme Khédive avant que ce dernier titre ne soit officiellement adopté après sa mort [voir Ḵh̲idīw]. Il était né en 1822. Son père avait une haute opinion de ses capacités et l’avait envoyé à l’âge de neuf ans seulement à Istanbul pour négocier le montant de l’impôt dû par l’Egypte à la Porte. L’oncle et prédécess…

Yabg̲h̲u

(538 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(t.), (peut-être également, Yavg̲h̲u, l’ancien alphabet ‘runique’ ne différenciant pas b et v) titre turc ancien, trouvé dans les inscriptions d’Ork̲h̲on [ q.v.], pour désigner un office ou un rang dans la hiérarchie sous le Kag̲h̲an. Ce dernier le conférait généralement à un de ses parents proches avec la tâche d’administrer une partie des territoires dominés. C’était donc analogue au titre de S̲h̲ad̲h̲, que celui de Yabg̲h̲u devança dans l’empire turc ancien, [voir Turcs. 1. Histoire. 1. La période pré-islamique, dans EI 2, X, 728a-730b], La fonction semble avoir perdu de s…

S̲h̲ims̲h̲āṭ

(185 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, ville de l’Islam médiéval en Anatolie orientale/Arménie occidentale. Elle était située en un lieu mal déterminé sur la rive gauche de la branche-mère Sud du haut Euphrate, l’Arsanias classique, actuellement Murad Su. Ce site se trouvait selon Yāḳūt, Buldān, éd. Beyrouth, III, 362-3 entre Bālūya (act. Palu) et Ḥiṣn Ziyād ou Ḵh̲artpirt [ q.v.] (act. Harput). Il ne faut pas le confondre avec Sumaysāṭ [ q.v.], plus au Sud sur l’Euphrate. Il se trouvait dans les confins entre Arabes et Grecs, et doit avoir été alternativement aux mains des deux peuples. C’est le lieu d’origine d’un poète du IVe/…

K̲h̲ōst

(525 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, en arabe Ḵh̲.w.st ou Ḵh̲.wāst, nom de diverses localités d’Afg̲h̲ānistān. L’étymologie la plus vraisemblable en est celle que donne G. Morgenstierne dans An etymological vocabulary of Pashto, Oslo 1928, 98: il s’agirait de la forme iranisée hwāstu (cf. sanscrit suvāstu «beau site») devenue le toponyme swāt [ q.v.] dans la région de la Frontière Nord-Ouest du Pakistan. Les géographes arabes et persans du moyen âge indiquent ce qui semble être deux localités de ce nom dans le Nord de l’Afg̲h̲ānistān; ceux du IVe/Xe siècle donnent Ḵh̲as̲h̲t comme étant une ville sur le Harī Rūd…

Kumīd̲j̲ī

(246 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, peuple dont les sources historiques et géographiques arabes et persanes des IVe et ¶ Ve/Xe-XIe siècles fixent l’habitat dans les monts de Buttaman, au sommet des vallées qui descendent vers le Sud, jusqu’au cours du haut Oxus, à travers le Ḵh̲uttal et le Čag̲h̲āniyān. Les Ḥudūd al-ʿālam (372/982) le décrivent comme un peuple de brigands professionnels en relation avec un groupe de moindre importance, les Turcs Kand̲j̲ina. En fait, ces deux peuples doivent être les vestiges de vagues antérieures d’envahisseurs venus de l’Asie intérieure, in…
▲   Back to top   ▲