Search

Your search for 'dc_creator:( "Bosworth, C.E." ) OR dc_contributor:( "Bosworth, C.E." )' returned 667 results. Modify search

Sort Results by Relevance | Newest titles first | Oldest titles first

Kalikat

(1,002 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, forme locale Kōĺikōd́u («forteresse du coq» en malayalam, voir Yule et Burnell, Hobson-Jobson, a glossary of Anglo-Indian colloquial words and phrases, 2Londres 1903, 148), forme usuelle Calicut et, dans le parler indien moderne, Kozhikode, ville de la côte occidentale du Deccan ou Péninsule Indienne (11° 15’ N; 75° 45’ E.) sur ce qu’on appelait avant l’époque moderne, et encore aujourd’hui, la côte de Malabar [voir Maʿbar]. Au temps de l’Inde Britannique, elle était le chef-lieu ( centre) d’un canton ( sub-district ou tālūk) du même nom, dans l’arrondissement ( district) du Malaba…

Wezīr Köprü

(228 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, actuellement Vezirköprü, petite ville au Nord de l’Anatolie, à 35 km. au Nord ¶ de Merzifon [voir Merifūn], et à 18 km. au Sud de la dernière extension du Kızıl Irmak [voir Ḳi̊zi̊l-i̊rmāḳ] (41° 09′ N., 35° 27′ E.). Il y avait apparemment une ville en ce lieu ou à proximité, à l’époque classique dans ce qui était alors la Pamphylie méridionale, et à l’époque byzantine, la cité de Gedegara (dans Kātib Čelebi, Ḏj̲ihān Nümā, Kedeg̲h̲ara). À la haute époque ottomane, à compter du Xe/XVIe s., elle relevait du sand̲j̲aḳ d’Amasya dans l’ eyālet de Sivas. Ewliyā Čelebi la visita en 1057/1647 et…

Utrār

(543 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Otrār, ville médiévale de l’Asie Centrale musulmane, célèbre pour son rôle dans l’irruption des Mongols dans le monde musulman. Elle était située sur la rive droite du Sir-Daryā ou Iaxarte, juste au Sud du confluent avec l’Aris. On ne la trouve pas dans les textes géographiques avant le début du VIIe/XIIIe siècle et le Buldān de Yāḳūt, éd. Beyrouth, I, 218 qui l’écrit Uṭrār ou Uṭrār. Il est possible qu’elle soit citée dans al-Ṭabarī, III, 815-16, pour l’année 195/810-11, mais la lecture en est difficile à interpréter, voir M. Fishbein (trad.), The history of al-Ṭabarī. XXXI. The war …

Pahlawān

(756 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(p.), de Pahlaw, proprement «Parthe», a pris en persan moderne et, de là, en turc, le sens de «lutteur», «qui s’engage dans un combat corps à corps», avant de devenir un terme général pour «héros, guerrier, champion dans une bataille». A partir de ce dernier sens, il est employé comme nom propre dans le monde persan, p. ex. pour l’atabeg eldigüzide [voir Ilden̄izides] Nuṣrat al-dīn Ḏj̲ahān-Pahlawān (qui régna en Ad̲h̲arbayd̲j̲ān et mourut en 581 ou 582/1186 [voir Pahlawàn, Muḥammad b. Ilden̄iz, et Justi, Iranisches Namenbuch, 237, sur d’autres personnages ]. L’apparition du mot…

Nangrahār

(274 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Ningrahār, nom de la province de l’Afg̲h̲ānistān actuel (organisation administrative postérieure à 1964) qui occupe essentiellement le bassin du moyen Kābul, entre la frontière du Pakistan, aux environs de Landī Kōtal, et l’Ouest du cheflieu administratif de la province, Ḏj̲alālābād [ q.v. au Suppl.], ainsi que les régions montagneuses qui l’entourent. Avant que les districts de Lag̲h̲mān et de Kumaŕ en aient été détachées en 1964, la province de Nangrahār s’étendait vers le Nord et incluait le Nūristān (L. Dupree, Afghanistan, Princeton 1973, 156-7). Le nom lui-même remonte à…

Hindū-s̲h̲āhides

(330 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, dynastie indigène du Nord de l’Inde qui fut le plus grand adversaire de l’expansion des G̲h̲aznawides et de l’Islam au Pand̲j̲āb. Al-Bīrūnī, dans son Taḥḳīḳ mā li-l-Hind, les décrit comme étant à l’origine des Turcs du Tibet qui régnaient sur la vallée du Kābul; il est possible que ces «Turcs» aient été des épigones hindouisés des Kushan et des Kidarites repoussés vers l’Est par les Hephtalites [voir Hayāṭila]. Au cours du IVe/Xe siècle, ces premiers Hindū-S̲h̲āhides furent remplacés par une lignée brahmanique. A l’époque des premiers G̲h̲aznawides. Sebüktigīn et …

Salama b. Dīnār

(101 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Abū Ḥāzim al-Mak̲h̲zūmī, appelé al-Aʿrad̲j̲, «l’infirme» (m. vers 140/757), traditionniste et juge de Médine, considéré comme mystique proto-ṣūfī. Il était d’origine persane. Divers aphorismes ( ḥikam) et autres propos remarquables de lui sont préservés en citation, ainsi que les réponses qu’il donna aux questions du calife umayyade Sulaymān b. ʿAbd al-Malik [ q.v.]. On connaît aussi un recueil de ses masāʾil [voir al-Masāʾil wa-l-ad̲j̲wiba] existant en manuscrit. (C.E. Bosworth) Bibliography Ziriklī Aʿlām, III, 171-2 Sezgin, GAS, I, 634-5 R. Eisener, Zwischen Faktum und F…

Ḳūmis

(1,707 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
,petite province de la Perse médiévale, située au Sud de la ligne de partage des eaux de la chaîne de l’Alburz et s’étendant jusqu’à la bordure septentrionale du Das̲h̲t-i Kavīr; sa limite occidentale passait presque dans les districts ruraux de l’Est de Rayy, tandis qu’à l’Est elle était limitrophe du Ḵh̲urāsān auquel elle était parfois rattachée. Elle était coupée en deux par la grand’route Rayy-Ḵh̲urāsān le long de laquelle étaient situées les principales villes: d’Ouest en Est: Ḵh̲uwār ou Ḵh̲awar (classique Χοαρηνή, auj. Aradūn), Simnān [ q.v.], Dāmg̲h̲ān [ q.v.] et Bisṭām [ q.v.], …

al-Ḳās̲h̲ānī

(309 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, al-Ḳās̲h̲ī, Abū l-ʿAbbās Aḥmad b. ʿAlī, appelé Ibn Bābā ou Bābā, auteur persan de la période sald̲j̲ūḳide et «commensal» ( nadīm) de profession. Il a probablement vécu dans la seconde moitié du Ve/XIe siècle et dans les premières années du suivant; Bag̲h̲dādli̊ Ismāʿīl Pas̲h̲a ( Īdaḥ al-maknūn, I, 546) dit qu’il mourut en 510/1116-7 et cela est approximativement confirmé par Yāḳūt qui le dit mort à Marw. Seuls al-Samʿānī ( A nsāb, ff. 80 a, 437 b) et Yāḳūt ( Buldān, éd. Beyrouth I, 412, IV, 296-7) fournissent sur lui des renseignements de quelque importance. Il semble avoi…

Sebüktigin

(365 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
(turc sevük tegin, «prince bienaimé»). Abū Manṣūr, chef militaire de statut servile des Sāmānides [ q.v.] et fondateur de la dynastie g̲h̲aznawide [ q.v.] d’Afg̲h̲ānistān oriental. Le peu que nous sachions de ses débuts provient essentiellement de son prétendu Pand-nāma, recommandations posthumes à son successeur (conservées par un historien persan postérieur [voir S̲h̲abān-kāraʾī]), et de citations extraites par Ḏj̲ūzd̲j̲ānī de la dernière partie des Mud̲j̲alladāt d’Atm l-Faḍl al-Bayhaḳī [ q.v.], qui traite du gouvernement de Sebüktigin. Il était originaire du d…

Ilek-k̲h̲āns ou Ḳarak̲h̲ānides

(4,523 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, dynastie turque qui régna, du IVe/Xe au début du VIIe/XIIIe siècle, sur les territoires de l’Asie Centrale ¶ encadrant les montagnes du T’ien-chan, c’est-à-dire dans le Turkestan occidental (Transoxiane ou Mā warāʾ al-nahr) et oriental (Kās̲h̲g̲h̲arie ou Sin-kiang). 1. — Introduction. C’est aux numismates du XIXe siècle que l’on doit la dénomination d’IlekḴh̲āns ou Ilig-Ḵh̲āns; l’élément ilek/ ilig (connu dans l’onomastique hunnique, magyare et turque uyg̲h̲ure) se retrouve couramment sur les pièces de monnaie de la dynastie, mais n’est d’aucune mani…

Sīrāf

(631 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, port du Golfe Persique qui prospéra aux premiers siècles de l’Islam, et fut l’un des principaux centres commerciaux du Golfe, rival de Baṣra. Il se trouvait sur la côte du Fārs, près du village moderne de Ṭāhirī, à quelque 200 km au Sud-est de Bushire (Bū S̲h̲ahr [ q.v.]), dans le garmsīr (zone chaude) du sīf, ou région côtière. Les fouilles effectuées sur le site de Sīrāf en 1966-73 par une équipe du British Institute of Persian Studies ont montré qu’il se trouvait là un port sāsānide, desservant probablement le centre d’Ardas̲h̲īr Ḵh̲urra, à l’intéri…

Sayābid̲j̲a

(794 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, pour Sayābiga, nom donné dans les anciennes sources islamiques à un groupe de migrants non-arabes, en provenance immédiate du Sind, mais sans doute originaires du Sud-est asiatique, établis sur les rivages arabes du golfe Persique et à Baṣra aux environs des deux premiers siècles de l’Islam. Les auteurs arabes les associent souvent aux Zuṭṭ [ q.v.] ou aux Jhāts [voir Ḏj̲āt́] de l’Inde du Nord-ouest (voir p. ex. al-Ṭabarī, I, 1961, 3125, 3134, 3181), encore qu’il s’agisse de deux groupes ethniques distincts. De Goeje fut le premier à s’intéresser de façon approfondie aux Sayā…

Zamīndāwar

(468 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, nom utilisé à l’époque pré-contemporaine pour désigner l’actuel l’Afg̲h̲ānistān oriental; l’équivalent arabe, Bilād al-Dāwar, était auparavant en usage en arabe médiéval. Cette région s’étendait de part d’autre des cours supérieurs de l’Helmand et de l’Arg̲h̲andāb, au Nord de leur confluent à Bust, alors qu’au Nord, elle était limitrophe du Zābulistān et, au Sud-sud-ouest, d’al-Ruk̲h̲k̲h̲ad̲j̲ [ q.vv.]; pourtant, les frontières de toutes ces régions étaient mal établies, en particulier, le Zarmīndāwar paraît avoir été souvent confondu dans les sources avec le Zābulistān. ¶ L…

Ziyād b. Ṣāliḥ al-Khuzāʿī

(395 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, général arabe au service d’Abū Muslim lors de la révolution ʿabbāside (m. 135/752-3). C’était un des naḳïbs [ q.v.] choisis par Abū Muslim parmi les chefs arabes du Ḵh̲urāsān en 134/747-8. Avec le triomphe de la cause ʿabbāside. Abū Muslim nomma Ziyād gouverneur de Buk̲h̲ārā et de Sogdiane; celui-ci écrasa la rébellion des Arabes mécontents de la garnison de Buk̲h̲ārā, conduits par S̲h̲arīk (ou S̲h̲urayk) b. S̲h̲ayk̲h̲ al-Mahrī (133/750-1). Peu de temps plus tard, Ziyād commanda l’expédition des Arabes envoyés d…

al-Marwazī

(166 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, S̲h̲araf al-zamān Ṭāhir, médecin et auteur d’un ouvrage de géographie, d’anthropologie et de sciences naturelles, qui naquit probablement à Marw [voir Marw al-S̲h̲āhid̲j̲ān] (ou descendait d’un natif de cette ville) et mourut après 514/1120. Il fut le médecin du sultan sald̲j̲ūḳide Malik-S̲h̲āh [ q.v.] et peut-être de ses successeurs jusqu’à l’époque de Sand̲j̲ar [ q.v.], mais on n’en sait guère plus sur sa vie. Sa renommée repose principalement sur son livre intitulé Ṭabāʾiʿ al-ḥayawān qui est essentiellement un ouvrage de zoologie, mais contient des sections de va…

Is̲h̲kās̲h̲im

(366 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, petite agglomération (36° 43’ N; 71° 34’ E.) dans la région dénommée, au Moyen Âge comme dans l’Afg̲h̲ānistān actuel, Badak̲h̲s̲h̲ān [ q.v.] et à ne pas confondre avec Is̲h̲kāmis̲h̲, plus à l’Ouest, dans le district de Ḳunduz ou de Ḳaṭag̲h̲ān de la même province. L’Is̲h̲kās̲h̲im historique est sur la rive gauche, ou Sud, du Pand̲j̲ ou Oxus supérieur. Ce ne fut qu’à l’époque soviétique, qu’une petite agglomération, installée sur l’autre rive du fleuve, devint le chef-lieu du tuman d’Is̲h̲kās̲h̲im, ou district de la région autonome de Gorno-Badak̲h̲s̲h̲ān dans la RSS Tād̲j̲īke [voir Bad…

Tigin

(319 words)

Author(s): Bosworth, C.E.
, Takīn (t.), tégin sous la forme turque la plus vieille, ancien titre turc signifiant à l’origine «prince». Au début de l’empire turc, il désignait le fils légitime ou le petit-fils du Ḳag̲h̲an suprême. C’est avec ce sens qu’on le trouve dans les inscriptions org̲h̲on [ q.v.] parmi lesquelles figure celle de Kül Tigin (littéralement «le jeune frère [d’Elteris̲h̲ Ḳag̲h̲an], le prince héritier de la couronne»), cf. Talât Tekin, A grammar of Orkhon Turkic, Bloomington 1968, 237. G. Doerfer ( Türkische und mongolische Elemente in Neupersischen, Wiesbaden 1963-7, II, 533-41, n° 922)…

Ṣūfiyāna

(183 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
(p.), terme appliqué aux jours d’abstinence de viande imposés par l’empereur mug̲h̲al de l’Inde Akbar (963-1014/1556-1605 [ q.v.]). Son chroniqueur Abū l-Faḍl ʿAllāmī [ q.v.] note dans son Āʾīn-i Akbarī (trad. Blochmann, I, 51-2; trad. plus fidèle dans Shireen Moosvi, Episodes in the life of Akbar. Contemporary records and réminiscences, New Delhi 1994, 100-1) qu’Akbar prescrivit l’abstinence le vendredi et le dimanche, ainsi qu’à divers autres jours de l’année, notamment le premier jour de chaque mois solaire, et la totalité du premier mois d…

K̲h̲ērla

(328 words)

Author(s): Bosworth, C. E.
, forteresse de l’Inde située au Sud de Mālwa et à l’Est de Ḵh̲āndes̲h̲ [ q.vv.], à l’extrémité septentrionale du Berār [ q.v.], juste au Sud des sources duTāptī, à 80 km. à l’Ouest du Deogafh d’aujourd’hui.Dans l’Inde britannique, elle appartenait aux Provinces Centrales, le Madhya Prades̲h̲ actuel. La fondation de la forteresse est attribuée à un rād̲j̲ā rād̲j̲put, dont le dernier membre de la lignée aurait été tué par un officier des sultans de Delhi, peut-être à l’époque de ʿAlāʾ al-dīn Ḵh̲ald̲j̲ī; mais telle qu’elle se présente aujourd’hui, c’est…
▲   Back to top   ▲